Voilà tout juste un mois que la terre a tremblé comme jamais à Augusta. Des hurlements hystériques au moment de son putt victorieux, son nom scandé lors de la remontée vers le club-house; aucune des quatre précédentes vestes vertes de Tiger Woods n’avait suscité pareille liesse. L’histoire est belle et le contraste singulier après une décennie pourrie en Géorgie: scruté comme une bête curieuse pour son retour après le scandale en 2010, forfait à trois reprises en raison de blessures, et à peine capable de marcher pour se rendre au dîner des champions en 2017 à cause de son dos en miettes.

Lire aussi: L'incroyable retour de Tiger Woods