Roland-Garros

Timea Bacsinszky défait son sac

La Vaudoise se qualifie facilement pour le deuxième tour aux dépens de l'Espagnole Silver-Espinosa (6-3 6-1)

Tête de série N°8 du tournoi féminin, Timea Bacsinszky n’a eu aucune peine à se qualifier mardi pour le deuxième tour en battant l’Espagnole Silvia Silver-Espinosa 6-3 6-1 en 72 minutes d’un jeu d’abord un peu poussif, puis de mieux en mieux maîtrisé. «J’ai fait ce que je voulais faire, c’est-à-dire ne pas chercher à briller mais à être efficace», se félicita la Vaudoise, avant de détailler un peu: «Au début, mon adversaire renvoyait des balles assez lentes sur lesquelles je ne parvenais pas à m’appuyer. Mais plus la partie a avancé et mieux je me suis sentie. J’ai pu essayer des choses, elles ont fonctionné ou pas mais je suis contente d’avoir tenté, de m’être montrée courageuse.»

Si Bacsinszky n’eut droit qu’au court N°5, sa conférence de presse se déroula dans la salle principale, devant un auditoire venu comme au spectacle. Au contraire de beaucoup de joueurs, la pétillante Lausannoise adore cet exercice imposé. Et pour peu que l’on y parle pas tennis, elle est intarissable. Mardi, il fut question de ses sacs de sport (qu’elle choisit comme d’autres les sacs à main), de ses diverses tenues qu’elle y range soigneusement, mais dans le petit sac, pas celui avec les raquettes («parce que c’est plus pratique si je dois sortir du court pendant le match pour aller me changer»), du Food Trucks Festival de Lausanne et même du kürtőskalács, un «gâteau-cheminée» traditionnel hongrois.

Timea se rembrunit lorsque la conversation revint sur le tennis et son adversaire au deuxième tour, la Canadienne Eugénie Bouchard. Une ancienne N°5 mondiale, révélation de la saison 2014, qui peine depuis à enchaîner. «Le match n’a lieu qu’après-demain (ndlr: jeudi) et je ne suis pas Federer ni Djokovic: laissez-moi savourer ma victoire.»

Publicité