Tennis

Timea Bacsinszky laisse passer sa chance

Au troisième tour de Wimbledon, la Vaudoise perd en trois sets (3-6 6-4 6-1) un match qu'elle aurait pu gagner en deux contre la Polonaise Agnieszka Radwanska

Après deux excellents premiers tours, la route de Timea Bacsinszky s’est brutalement arrêtée en seizième de finale face à la Polonaise Agnieszka Radwanska (10e joueuse mondiale). Si la rencontre aura ravi les amateurs de Scrabble et de beau tennis, elle laissera un goût amer à la Suissesse qui a perdu en trois manches (3-6 6-4 6-1, 2h10 de jeu) un match qu’elle aurait pu gagner en deux. Très bien entrée dans la partie, elle s’est progressivement étiolée, prenant de moins en moins de risque et cédant l’initiative du jeu à son adversaire.

Lire aussi: Sur le Centre Court, l’émotion Federer

Timea Bacsinszky avait samedi pour la première fois l’honneur du Centre Court. Une découverte qu’elle choisit de vivre avec un casque sur les oreilles. Sauf à écouter le commentaire audio du Wimbledon Tour, il s’agissait surtout de ne pas se laisser gagner par l’événement. Pour autistique qu’elle puisse paraître, cette stratégie fut payante: la Vaudoise débuta le match comme dans un rêve.

Le public découvre Timea

La découverte était réciproque. Les deux demi-finales de Timea Bacsinszky à Roland-Garros n’ont pas traversé la Manche (pas plus que la victoire de Jelena Ostapenko, toujours reléguée sur des courts annexes) et si la Vaudoise s’est faite un nom à Londres, c’est plus pour sa sympathie et sa disponibilité envers les fans que pour sa réputation raquette en main.

Le public de Wimbledon ne fut pas long à comprendre à qui il avait à faire. D’emblée, Bacinszky déploya son jeu tout en variations, la beauté de son revers, l’intelligence de ses manœuvres. Agnieszka Radwanska sembla d’abord en mesure de résister puis plia sous le poids des balles, 6-3 en 41 minutes.

La partie bascula en début de deuxième manche. Timea Bacsinszky eut peu de balles de break mais mena souvent la vie dure à la Polonaise sur son service. C’est pourtant elle qui concéda le break, à 1-1.

Mauvais choix en attaque

Ce deuxième set fut celui des occasions manquées. La Vaudoise jouait bien jusqu’à mi-court mais lorsqu’il aurait fallu avancer, prendre franchement le filet, elle recula presque systématiquement, perdant l’avantage qu’elle avait construit dans l’échange et, trop souvent, le point. Lorsqu’elle y était contrainte pas les amorties de Radwanska, elle fit souvent le mauvais choix, s’obstinant côté fermé au lieu de croiser.

Agnieszka Radwanska conserva ainsi son break d’avance et, après une heure et demie de jeu, égalisa à une manche partout (6-4). Timea Bacsinszky demanda alors un temps mort médical pour se faire bander le haut de la cuisse gauche. Était-elle diminuée? Radwanska poursuivit sur sa lancée, agressant la Suissesse sur son service et l’obligeant à se déplacer vers l’avant. Bacsinszky céda d’un coup, et le troisième set s’envola en même temps que ses illusions.

Lire aussi: Wimbledon, le tennis intime

Publicité