Tennis

Timea Bacsinszky quitte Melbourne la tête haute

Battue au troisième tour par Garbiñe Muguruza (7-6 6-2) mais applaudie par l’Espagnole à sa sortie du court, la Vaudoise s’est rassurée dans cet Open d’Australie

C’est fini pour Timea Bacsinszky. A Melbourne, la Vaudoise a été éliminée au troisième tour du simple dames par l’Espagnole Garbiñe Muguruza en deux manches (7-6 6-2) et près de deux heures de jeu.

Entre l’une, Bacsinszky, qui sait faire plus de choses, et l’autre, Muguruza, qui les fait mieux, l’opposition fut forte et la lutte farouche (saturée par les cris déchirants lâchés par l’Espagnole à chaque frappe de balle), à défaut d’être constamment un match de haut niveau. Trop de fautes directes de part et d’autre pour cela. Les deux joueuses alternèrent le bon et le moins bon durant toute la partie, comme si elles étaient reliées l’une l’autre par un élastique les propulsant tour à tour en tête.

Dans la première manche, Timea Bacsinszky mena 4-2 et 40-15, sauva une balle de set à 4-5, arracha de haute lutte le tie-break, y fut distancée rapidement (1-4), revint encore pour finalement échouer au poteau (7 points à 5). Dans la foulée, Garbiñe Muguruza ravit le service de la Vaudoise d’entrée de deuxième manche. Les breaks et débreaks se succédèrent («Dans le tennis féminin, servir n’est pas déterminant», avait souligné cette semaine Bacsinszky) jusqu’à ce que Muguruza ne prenne, non sans difficulté, un avantage décisif à 4-2. Bacsinszky faisait valoir une dernière fois la variété de ses coups et son toucher de balle pour l’admiration du public de la Melbourne Arena (le troisième court en importance) mais le match était joué (6-2).

Remonter au classement

Cette défaite conclut un Open d’Australie satisfaisant pour la Suissesse. Elle s’est rassurée sur son état de forme après une opération à la main, deux blessures aux mollets et bien des désillusions depuis dix-huit mois. Alors qu’elle utilisait à Melbourne son dernier «joker médical» (un classement protégé qui lui permettait d’entrer directement dans le tableau principal), elle a engrangé de précieux points WTA.

Jouant bien mieux que son 145e rang mondial actuel, elle jouit toujours d’une bonne cote auprès du public, des organisateurs et de ses adversaires. Garbiñe Muguruza, qui disait avant la rencontre s’en méfier beaucoup car «elle est imprévisible», l’a d’ailleurs applaudie à sa sortie du court. A 29 ans, Timea Bacsinszky peut entamer avec optimisme son retour vers les sommets.

Publicité