«J’exclus l’idée d’un arrêt définitif parce que cela ouvrirait la porte à une série de contentieux. J’ai déjà sur ma table les avertissements de quelques clubs.» Dans les colonnes de La Repubblica du 15 avril dernier, Gabriele Gravina, le président de la Fédération italienne de football (FIGC), affirme être dos au mur. Malgré la situation inédite qu’a créée la pandémie de Covid-19, certains acteurs du football italien n’ont aucunement l’intention de faire des concessions. C’est notamment le cas de la Lazio, figée à la deuxième place du classement, à une longueur de la Juventus, depuis l’arrêt forcé de la Serie A après 26 journées, et qui insiste plus que d’autres pour conclure la saison.