Olympisme

Tokyo 2020 pourrait délocaliser ses courses d’endurance

Marathons et épreuves de marche athlétique pourraient se dérouler à Sapporo, au nord de l’Archipel, pour éviter les chaleurs de l’été dans la capitale japonaise

Hasard ou coïncidence? Une dizaine de jours après la fin des Championnats du monde d’athlétisme qui ont vu les spécialistes d’endurance se liquéfier dans la chaleur de Doha, le Comité international olympique (CIO) annonce son projet de délocaliser les marathons et les épreuves de marche athlétique des JO 2020 de Tokyo à Sapporo. Objectif: permettre aux participants de s’affronter dans des conditions climatiques moins extrêmes.

«Ce déplacement à Hokkaido, la préfecture la plus au nord du Japon, impliquera des températures significativement moins élevées pour les athlètes durant les Jeux olympiques, explique l’instance dans un communiqué. A Sapporo, les températures à cette période sont de cinq à six degrés plus fraîches en journée qu’à Tokyo, qui se situe à plus de 800 kilomètres au sud.»

Lire aussi: A Doha, les démons de minuit

Au Qatar, marathons et épreuves de marche athlétique s’étaient déroulés au milieu de la nuit pour préserver au maximum les concurrents – qui avaient néanmoins beaucoup souffert, lors des premiers jours de compétition. Au Japon, il était jusqu’ici prévu de donner les départs très tôt le matin, avant que la température n’augmente. Une mesure sur laquelle il n’est pas prévu de revenir à ce stade en dépit du déplacement du lieu de ces courses particulièrement exposées.

Publicité