Le voilier Ville de Genève Carrefour Prévention occupe toujours la septième place du classement général du Tour de France à la voile et la tête du classement amateurs, malgré une onzième place jeudi au terme de la manche Saint-Quay-Portrieux-Brest et une place de septième vendredi lors du parcours banane (entre trois bouées) couru en rade de Brest.

Une septième place qui satisfait pleinement l'équipage. «On s'en est bien sorti aujourd'hui étant donné les difficultés que représentent le plan d'eau ici avec le courant. Je m'attendais à faire ici notre plus mauvaise manche, celle qu'on peut biffer à la fin, commente Jean-Marc Monnard, le skipper de Ville de Genève Carrefour Prévention. On a pris un assez bon départ et on a bien croché et réussi à jouer placé par rapport aux autres concurrents.» Les Genevois s'en sont d'autant mieux sortis que les leaders de l'épreuve n'ont pas franchement brillé.

Le bateau belge Kateie, premier au général, a terminé à la 13e place. Quant à Marseille 2600 ans RFO, skippé par Alain Fédensieu, il a franchi la ligne

en 15e position perdant du coup sa deuxième place au général au profit de Sun Microsystems Team New Zealand. Un retour discret des Kiwis (l'équipage détenteur de la Coupe de l'America) qui, après avoir été quasiment invincibles au début de ce Tour de France, ont enregistré ensuite quelques résultats médiocres.

«Nous avons la chance d'être réguliers», commente Etienne David, le skipper du voilier genevois, profitant d'une pause entre le briefing des skippers et la remise des prix du jour pour se désaltérer au club des navigateurs et répondre aux questions. «C'est sûr que c'est la régularité qui paie sur ce Tour de France», explique Manfred Ramspacher, directeur de l'épreuve, qui apprécie beaucoup l'équipage genevois qu'il trouve particulièrement «sympathique, enthousiaste et motivé». Régularité malgré la fatigue qui commence à se faire sentir. «On n'arrête pas. On arrive d'une étape, on se repose un peu, on régate, on prépare la navigation et on repart», souligne Jean-Marc Monnard. «C'est sûr que c'est un rythme soutenu, et c'est peut-être sur la longueur que les pros feront la différence», enchaîne Etienne David.

Pour l'instant, les amateurs viennent facilement taquiner les pros puisque c'est justement un voilier amateur qui s'est imposé vendredi. Et, du haut de sa septième place au général, Ville de Genève Carrefour Prévention laisse des bateaux professionnels dans son sillage. L'autre voilier suisse Top Swiss Biel Bienne Seeland a réalisé vendredi une de ses meilleures performances depuis le début du Tour en terminant à la 14e place du parcours banane. Les Biennois occupent actuellement la 25e place du classement général.

Vendredi à 18 heures, la flotte des trente Mumm 30 (nom du bateau monotype sur lequel se court cette année le Tour de France) a pris le départ de la quatorzième manche direction Pornichet (Loire-Atlantique). 135 milles (250 km) le long des côtes bretonnes via la Pointe du Raz, l'Archipel des Glénans, Belle-Île… Une navigation de nuit pendant laquelle il faudra être particulièrement vigilant. Gare aux cailloux!