Régulièrement, Le Temps ouvre ses colonnes aux travaux et réflexions des chercheurs du Centre interdisciplinaire de recherche sur le sport (CIRS) de l'Université de Lausanne

Quelques chroniques précédentes:

Prévu du 28 avril au 3 mai 2020, le Tour de Romandie a été annulé et le tracé prévu devrait, selon toute vraisemblance, être maintenu en 2021. C’est une première depuis la création de l’épreuve en 1947. Cette rupture historique invite à s’interroger sur les origines d’un événement de facture internationale mais profondément suisse par ce qu’il raconte de l’institutionnalisation compliquée du cyclisme national, disputée depuis la fin du XIXe siècle par deux organisations opposées et polarisées sur le plan linguistique.

L’essence du Tour de Romandie, dont l’avènement est postérieur au Tour de Suisse et qui n’a pas son équivalent régional outre-Sarine, renvoie à un acte d’indépendance du cyclisme romand. Elle met aussi en lumière un clivage culturel originel dans l’appréhension du cyclisme en Suisse et amène à considérer le rôle prépondérant de la Romandie dans la professionnalisation de la pratique à l’échelle du pays.