Eric Picot peut se poser pour siroter tranquillement une petite pression. «Le plus dur est derrière nous», souffle le directeur de l’Ultra-Trail des Montagnes du Jura (UTMJ). Juste là, derrière lui, les coureurs engagés sur les deux plus courts parcours de l’événement (19 et 38 kilomètres) terminent les uns après les autres sous un soleil radieux qui rend le froid supportable.