Mauvais présage ou cas inévitables? A moins de cinq jours de l’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo qui se tiendront à huis clos du 23 juillet au 8 août, la confirmation de trois cas de contamination au Covid-19 parmi les participants fait trembler les habitants de Tokyo interrogés par l’AFP.

Lire aussi: Les Jeux de Tokyo seront les premiers à huis clos

«Je pensais que le Village olympique serait plus sûr et suis surprise que le virus ait pu y pénétrer», redoute une Tokyoïte qui s’attend à voir l’épidémie se propager dans le pays une fois que la grand-messe sportive aura commencé.

Après avoir été contraint de repousser ces Jeux d’une année, le patron du CIO promettait depuis des mois des JO «sûrs» pour les participants comme pour la population japonaise. Depuis le printemps, le comité a concentré ses efforts sur la vaccination des délégations, trouvant un accord en mai avec les laboratoires Pfizer et BioNTech avant de mettre en place en juin des «vaccinodromes» olympiques au Qatar et au Rwanda.

Des cas «inévitables»

L’instance met désormais en avant le dépistage intensif des participants aux Jeux, la limitation des contacts et l’isolement immédiat des cas positifs. C’est le sort réservé aux trois personnes testées positives, parmi lesquelles deux sont des athlètes. Demeurées anonymes, toutes trois concernent «le même pays et le même sport», selon un porte-parole du comité d’organisation lors d’une conférence de presse tenue ce dimanche.

Pour Christophe Dubi, directeur des Jeux au sein du CIO, il est inévitable que des cas apparaissent. Conscient des craintes d’une partie de la population japonaise face à ce rendez-vous planétaire, il a cependant assuré que «tout était en place pour limiter le mélange des populations» et pour «maintenir le risque» de contaminations en chaîne «à un minimum absolu».