Le 24 mars prochain, la Suisse jouera en Yougoslavie un match capital dans l'optique d'une qualification à la Coupe du monde 2002. Avec ou sans Kubilay Türkyilmaz? Enzo Trossero était dimanche à Lugano pour obtenir la réponse du meilleur buteur – qui n'a pas joué face à Zurich pour de persistantes douleurs au dos –, en équipe nationale (32 réussites). Le sélectionneur argentin a entendu le refus du joueur. «J'ai discuté avec lui pendant une vingtaine de minutes, explique-t-il au téléphone. Il faut le laisser tranquille. J'espère qu'il sera avec nous à Belgrade.»

La voix trahit une déception certaine. Enzo Trossero veut encore y croire et jouera au psychologue durant toute la semaine, mais les dés semblent définitivement jetés: «Cette rencontre est très importante. Je vais encore l'appeler pour le convaincre.» Quelle mouche a piqué Kubilay Türkyilmaz? L'attaquant est fatigué des insultes et des critiques injustifiées dont il fait l'objet, à ses yeux. Absent il y a dix jours lors de la rencontre amicale perdue face à Pologne (0-4), des voix ont insinué une blessure «diplomatique». «J'ai cela en moi depuis longtemps! Cette fois, c'en est trop. J'en ai marre que l'on mette en doute ma bonne foi. Je me suis toujours mis à disposition des sélectionneurs. Je ne veux plus servir de bouc émissaire. La Fédération ne m'a jamais défendu», déclarait-il dimanche soir à la télévision suisse italienne.

Surtout, il est profondément blessé par les propos racistes. «A Saint-Gall (n.d.l.r.: le 3 mars dernier), chaque fois que je touchais le ballon, le public me sifflait et entonnait des chants contre ma personne. Je suis vraiment fatigué d'être appelé turc de m… Je crois avoir donné quelque chose à l'équipe nationale et j'ai toujours été très orgueilleux de porter le maillot rouge à croix blanche», lisait-on la semaine dernière dans le quotidien La Regione Ticino. Dans le Blick, il déclarait: «Si je suis un sale turc, les vrais Suisses doivent jouer.»

Si Enzo Trossero parvient à faire changer d'avis à Kubilay Türkyilmaz, il aura gagné davantage qu'un match.