Le quotidien Le Soir, en Belgique, a laissé entendre dans un article que le cycliste suisse Fabian Cancellara serait prochainement attrapé pour s'être dopé durant le Tour de France. L'information a été largement relayée en Suisse avant d'être formellement démentie par les laboratoires d'analyse lundi.

Le Temps: Quelle est votre réaction à la rumeur répandue par les médias à propos du contrôle positif de Fabian Cancellara?

Piermarco Zen-Ruffinen: Ce genre d'affaire ne m'étonne pas mais me choque. Cela ne m'étonne pas car les sportifs de pointe sont aujourd'hui très médiatisés tout comme les acteurs ou les hommes politiques et les médias savent qu'ils vont augmenter leur audience en s'intéressant à eux. Mais cela me choque car insinuer sans preuves qu'une personne se dope constitue une atteinte à l'honneur. C'est une atteinte à la réputation professionnelle et personnelle d'une personne qui est protégée par l'article 28 du Code civil suisse. Ce type d'insinuation salit vraiment quelqu'un de manière scandaleuse.

- Comment se défendre face à ce type d'atteinte?

- Contre une rumeur, on ne peut rien faire. Même si les gens la démentent, ils ne sont pas écoutés. Ce type de situation a déjà poussé des gens au suicide. Les rumeurs ont toujours existé, mais j'ai le sentiment qu'on en répand de plus en plus. Les raisons sont difficiles à cerner. Est-ce pour augmenter le tirage, pour déstabiliser quelqu'un? Ce n'est pas clair. Mais un journal se doit de vérifier ses sources.

- Quelles sont les chances de Fabian Cancellara de gagner s'il intente une action en justice?

- Elles sont sérieuses. Cet acte peut être poursuivi où il s'est produit, en Belgique, ou en Suisse. Le tort moral serait sans doute facilement accordé à Cancellara. Par contre, les dommages et intérêts ne sont pas évidents à obtenir dans la mesure où le dommage est difficile à prouver. Il faudrait que le cycliste puisse montrer qu'il a perdu un sponsor ou un contrat suite à cette affaire. Dans cette situation, ce qui risque de se passer, c'est que Cancellara va réclamer une indemnité au journal et que, comme celui-ci doit se sentir mal à l'aise, il va le lui accorder. Cela se réglerait à l'amiable.

- En justice, quelles réparations pourrait recevoir Cancellara?

- En Suisse, les peines pécuniaires infligées pour tort moral ne sont pas très élevées. Il s'agit parfois juste d'un franc symbolique. Nous sommes un des pays les plus radins d'Europe pour cela. Aux Etats-Unis, Fabian Cancellara pourrait toucher des sommes beaucoup plus élevées.

- Quelles sont les conséquences à long terme d'une rumeur comme celle-ci pour un sportif?

- C'est difficile à évaluer. Comme disait Voltaire, et je suis d'accord avec lui, «médisez, médisez, il en restera toujours quelque chose». Demain, cette nouvelle sera remplacée dans la presse par une autre mais si, un jour, une affaire sort concernant Cancellara, cette rumeur refera vite surface. On risque de dire qu'on avait déjà des doutes, qu'il n'y a pas de fumée sans feu... Ce genre d'accusation colle indirectement très longtemps à la peau de quelqu'un.