S’il demeure le grandissime favori pour la conquête de la médaille d’or en simple, le septuple Champion de Wimbledon a pu mesurer, s’il en avait encore besoin, que tout peut aller extrêmement vite en tennis. Ainsi lors de son huitième de finale du simple contre Denis Istomin (ATP 35), le Bâlois est passé tout près de la correctionnelle au premier set avec trois balles de break à sauver à 5-5. Il les écartait en claquant à trois reprises sa première balle. En double en revanche, la roue n’a pas tourné en sa faveur lorsqu’il s’est retrouvé aux côtés de Stanislas Wawrinka à deux reprises à deux points de la victoire lors de leur deuxième tour contre les Israéliens Erlich/Ram.

Attention à Isner

A 6-5, Federer pouvait ravir l’engagement d’Istomin pour empocher le gain crucial de cette première manche et prendre les commandes d’un match remporté 7-5 6-3 en 1h21’. Ce jeudi, sa tâche en quart de finale, le stade de la compétition qui lui avait été fatal il y a quatre ans à Pékin, s’annonce vraiment ardue. Il affrontera, en effet, un John Isner (ATP 11) qui a retrouvé de belles couleurs depuis sa défaite au premier tour de Wimbledon devant le Colombien Alejandro Falla. Le géant américain a, ainsi, gagné un titre sur gazon à Newport et n’a pas lâché un set en trois rencontres dans ce tournoi olympique. Face à Janko Tipsarevic qu’il a battu 7-5 7-6 (16/14!), il a armé 22 aces pour ne pas concéder une seule balle de break sur ses 12 jeux de service.

Le fait de ne plus jouer sur les deux tableaux aura sans doute son importance pour Roger Federer s’il déjoue le piège que John Isner entend lui tendre. Titrés à Pékin, Roger Federer et Stanislas Wawrinka ont connu une sortie de route bien abrupte à Wimbledon, battus 1-6 7-6 (7/5) 6-3 par les Champions d’Australie 2008, Jonathan Erlich et Andy Ram. Surclassés au premier set, les Israéliens sont parvenus à élever d’un coup leur niveau de jeu face à des Suisses qui n’ont pas vraiment tenu la distance.

Incapables de se procurer la moindre balle de break lors des deux dernières manches mais à deux points de la victoire à 5/4 au jeu décisif du deuxième set, Roger Federer et Stanislas Wawrinka se demanderont encore longtemps comment ce match a pu leur filer entre les mains. Ils furent sans doute surpris par la qualité des retours de leurs adversaires dans le tie-break du deuxième set qui fut, bien sûr, l’un des moments clés de la rencontre.

Un seul break

Le dernier tournant est survenu au quatrième jeu du troisième set. Mené 15-30 sur son engagement, Wawrinka commettait une double faute qui offrait deux balles de break aux Israéliens. La première fut la bonne face à un Wawrinka qui avait encore dû servir une seconde balle. Un seul break a suffi pour précipiter la perte des tenants du titre.

Conserver cette médaille d’or était sans doute une tâche au-dessus des moyens de Roger Federer et Stanislas Wawrinka. Les deux Suisses avaient perdu les deux derniers matches qu’ils avaient livrés avant ces Jeux, à Sydney en septembre dernier contre Guccione/Hewitt et à Fribourg en début d’année face à Mike Bryan/Fish. On précisera enfin que si le gazon est la surface de prédilection de Roger Federer, il est loin de convenir aussi bien au tennis de Wawrinka.