Quartier du Perrier à Annemasse, l’air est enfumé autour de la MJC (Maison de la Jeunesse et de la Culture). Sur le grill, cuisent des brochettes de veau et de foie ainsi que des merguez. Un jeune lance : «C’est de la bonne viande comme au pays, surtout la merguez. Au bled, on dit que tu peux manger 15 brochettes d’agneau et une seule merguez, c’est la merguez que tu rotes .» Rires.

Une petite foule s’amasse sur les coups de 16 heures. Akrouh, un habitant de la cité, a eu la bonne idée de solliciter à la mairie le prêt d’une salle de la MJC pour diffuser sur grand écran les matchs de la Coupe du monde. La municipalité a dit oui. Dans ce quartier qui recense 10’000 habitants, une quarantaine de nationalités et une très large majorité d’habitants d’origine algérienne, il semblait inconcevable de ne pas prévoir un lieu «pour voir les matchs ensemble».

Algérie-USA, match de la plus haute importance. Une victoire 2 à 0 est impérative pour les Fennecs s’ils veulent participer aux huitièmes de finale. Une centaine de supporters ont répondu présents. Beaucoup de jeunes, quelques anciens. On vibre, on tape des pieds, on siffle Bill Clinton présent au stadium de Pretoria, on s’en prend à Karim Ziani teint en blond et qui loupe une belle occasion - «un Algérien qui se prend pour un Suédois, c’est nul» -, on applaudit l’entrée en seconde mi-temps de «Ghezzal la gazelle».

Le début est prometteur, la fin beaucoup moins. Un tir sur le poteau pour les Verts dès la 6ième minute, un but assassin pour les Américains à la nonantième minute. Fin d’un rêve. Adnane est triste: «J’y croyais parce que depuis sa qualification obtenue au courage face à l’Egypte, cette équipe semblait planer haut dans le ciel».

Retour douloureux sur terre. «Que nous reste-t-il ?» demande Adnane. Kamel venu avec son fils Yacine lui répond: «L’honneur de nous être qualifiés pour une coupe du monde, cela fait 24 années que l’on attendait cela, c’est le signe pour ce pays que l’avenir peut être meilleur après la guerre civile et cent mille morts».