Ski alpin

Un incroyable doublé suisse à Saint-Moritz

Jasmine Flury a remporté le premier super-G du week-end alors qu'elle n'était jamais montée sur un podium de Coupe du monde, devant Michelle Gisin qui n'avait jamais figuré dans le top 10 de cette spécialité

Lara Gut espérait autre chose pour son retour à Saint-Moritz. Dix mois après s'y être blessée lors des championnats du monde, la skieuse tessinoise a - comme les autres - vu le combiné alpin de vendredi être annulé après la première manche, puis elle est partie à la faute lors du premier des deux super-G prévus ce week-end. Une déception pour celle qui, une semaine auparavant, avait signé à Lake Louise un podium dans cette spécialité mais, pour l'équipe de Suisse, elle a vite été oubliée. D'abord, Lara Gut a pu rejoindre la ligne d'arrivée sur ses lattes. Et surtout, Jasmine Flury et Michelle Gisin ont signé un improbable doublé.

Personne ne les attendait là. Partie avec le dossard 14, la Grisonne de 24 ans n'était jamais montée sur un podium en Coupe du monde. Son meilleur résultat avant de gagner à domicile samedi, une cinquième place lors d'un super-G à Jeongseon, en Corée du Sud, sur la piste des Jeux olympiques 2018. Dans la hiérarchie de Swiss-Ski, elle n'appartient qu'à la troisième catégorie d'athlète, le cadre B (derrière l'équipe nationale et le cadre A) et la voir remporter une épreuve tient donc de la surprise. A ceci près qu'elle a tout de même réalisé son exploit dans sa spécialité.

Une slalomeuse, vraiment?

Michelle Gisin, elle, est une pure slalomeuse. Ou tout du moins, c'est ce qu'elle croyait. Car l'Obwaldienne, qui ne prend des départs dans les disciplines de vitesse que depuis peu, n'a jamais fait mieux qu'une sixième place dans sa spécialité. Par contre, lorsqu'elle s'aventure hors de sa zone de confort, elle réalise souvent des miracles. En combiné (une manche de vitesse, une manche de slalom), elle a déjà remporté l'argent aux Mondiaux de Saint-Moritz et signé une troisième place l'an dernier à Val d'Isère. Lors de la sixième descente de sa carrière, la semaine dernière à Lake Louise, elle a terminé sur la troisième marche du podium. Et elle a donc réussi à grimper une marche supplémentaire pour le sixième super-G de sa carrière, samedi, dans les Grisons.

Lire aussi: Michelle Gisin, partout comme chez elle

Michelle Gisin a de qui tenir. Sa soeur Dominique fut championne olympique de descente à Sotchi en 2014. Son frère Marc est également spécialisé dans les épreuves de vitesse. Mais elle s'est longtemps concentrée sur le slalom. C'est l'hiver dernier qu'elle a commencé à se rêver en skieuse polyvalente, comme elle le confiait au Temps au mois de mars. «Si je peux un jour faire des top 10 dans toutes les spécialités, c’est génial. Ou des top 5. Ou des podiums (rires). Mais j’en suis beaucoup trop loin pour que ce soit un objectif.»

Finalement, elle n'en était pas si loin.

Publicité