Sur les six derniers mois, un match de football sur trois a été le théâtre d'événements violents; et un match de hockey sur glace sur dix a été touché, indique la «SonntagsZeitung».

Cette évaluation de la Confédération et des cantons est le fruit d'un nouveau logiciel qui recense la violence commise par des supporters. 18% des matches foot ont été marqués par des infractions particulièrement graves. La plupart de tels actes se sont déroulés à Zurich, à savoir onze lors de rencontres avec Grasshoppers-Club et huit avec le FC Zurich. Selon le journal, les données montrent également que les violences ont souvent lieu à l'extérieur des stades.

A lire aussi: Les terrains de football n'ont pas le monopole de la violence

Dès que des événements graves se produisent, les responsables se réunissent pour prendre des mesures de sécurité supplémentaires. Cela s'est par exemple présenté après une rencontre opposant Ambri et Lausanne. Par la suite, les cas de violence ont diminué.

Emploi fréquent d'engins pyrotechniques

Durant près de la moitié des rencontres, les observateurs ont rapporté l'usage d'engins pyrotechniques (44%) ainsi que des dommages matériels (également 44%).

Afin d'obtenir ces statistiques, policiers, CFF et représentants des clubs surveillent chaque partie et enregistrent les infractions dans un système standardisé. Les événements sont analysés dans l'enceinte du stade et au dehors à l'aide d'un questionnaire.Tous les matchs de ligue supérieure ont été pris en compte pour les deux sports.

Auparavant, seule la police procédait à un rapport. Le processus a été testé pendant six mois. Le système doit maintenant être introduit définitivement.