Jean-Marie Leblanc a présenté mardi à Paris, les courses organisées par la Société du Tour de France, notamment le nouveau parcours de Paris-Roubaix, raccourci et plus difficile. Ramenée de 272,5 à 254 kilomètres, la 99e édition de la «reine des classiques» perdra aussi, le 15 avril, quelques portions pavées (environ 3000 mètres). Elle abordera également la tranchée d'Arenberg dans le sens traditionnel, en faux-plat descendant, après une expérience de deux ans dans l'autre sens.

Dans l'approche d'Arenberg, il y aura trois nouveaux secteurs pavés. Les derniers pavés de cette zone précéderont l'entrée d'Arenberg de 5 kilomètres seulement alors qu'auparavant le peloton se présentait groupé dans la tranchée. Le secteur le plus célèbre de la course verra aussi son importance réévaluée. A sa sortie, l'arrivée sera distante de 86,5 kilomètres (contre 101 km les années passées) et plusieurs zones pavées (Bersée en partie, Mons-en-Pévèle en totalité) seront ensuite évitées.

LT