C’est un petit exploit qu’a accompli l’équipe de Suisse de football, ce dimanche soir à Bâle. Privée de nombreux titulaires, elle a tenu en échec l’Italie championne d’Europe (0-0), moins de trois mois après avoir subi sa loi à Rome (3-0). Pour son premier véritable test sur le banc national, Murat Yakin a réussi son pari - résolument défensif - grâce à une organisation solide et à un Yann Sommer des grands soirs. Le gardien de 32 ans, capitaine en l’absence de Granit Xhaka, a signé plusieurs arrêts décisifs et détourné un penalty de Jorginho (52e minute).

De quoi avoir (presque) le sentiment du devoir accompli. «Ce n'est pas une victoire, car sinon nous aurions décroché trois points, a réagi le nouveau sélectionneur après la partie. Mais c'est une bonne performance, marquée par une grande solidarité. Les joueurs se sont battus les uns ou pour les autres, y compris ceux qui sont entrés en cours de partie, et nous pouvons remercier Yann Sommer qui nous a aussi sauvés.»