Cela fait deux ans que Fabienne Wyder fait partie de l'équipe suisse de natation. Les spécialités de la sociétaire du Genève-Natation: le crawl sur 50 et 100 m et le dauphin sur 100 et 200 m.

Cette année, ses performances ont quelque peu stagné. Non par manque de motivation, mais en raison d'un agenda surchargé, résultat de la cohabitation d'études universitaires et du sport de haut niveau. «Concilier 20 périodes de cours, 15 heures d'entraînement et plus de 4 heures de musculation chaque semaine prétérite la récupération», confie Fabienne Wyder.

Raison pour laquelle la nageuse a décidé de changer d'air et de s'envoler fin septembre pour neuf mois en Australie, pays où son sport est érigé en tradition. «Dans le but de nager plus qu'en Suisse.» Et de revenir au pays l'été prochain pour les Championnats nationaux. Une démarche originale puisque «jusqu'à présent, peu d'athlètes sont partis à l'étranger pour la natation», remarque Tony Ulrich, sélectionneur national.

Sur ses conseils, la Nyonnaise a pris contact avec Stéphane Widmer, ex-entraîneur du SC Uster, parti il y a quelques années à l'autre bout du monde pour y exercer sa profession. Ce relais lui a permis d'être recommandée auprès du préparateur de Kieren Perkins, multiple détenteur de records du monde jusqu'à ce que Ian Thorpe ne vienne les lui souffler.

Mesurée, Fabienne Wyder laisse entendre qu'elle n'attend pas de miracle de son séjour. Mais la perspective de vivre l'émulation préolympique qui agite la natation australienne allume ses pupilles: «Ce sera génial de côtoyer des nageurs dont l'objectif est de décrocher une médaille à Sydney.» Tout comme de profiter de l'infrastructure sans faille mise en place pour faire de l'Australie l'une des trois meilleures nations en matière de natation.

P. O.