Beat Feuz n'a pas réussi la passe de trois. Après ses deux succès à Kitzbühel, le Bernois n'a pu faire mieux que deuxième vendredi sur la piste du Kandahar à Garmisch-Partenkirchen. Pour 34 centièmes, l'Italien Dominik Paris lui souffle la victoire et, appuyé par la cinquième place de son compatriote Christof Innerhofer, lui lance un avertissement: les Italiens seront des rivaux coriaces et déterminés, à domicile, lors de la descente des championnats du monde le 14 février à Cortina d'Ampezzo.

A découvrir: Sur les traces de Marco Odermatt, dans les prairies de Nidwald

L'Autrichien Matthias Mayer a pris la troisième place, à 40 centièmes de Paris et 7 centièmes de Feuz, qui accentue donc légèrement son avance au classement général de la Coupe du monde de la spécialité. L'Emmentalois a 48 points d'avance, avec deux courses encore à disputer après les Mondiaux. Sur les six descentes déjà courues, Beat Feuz est monté quatre fois sur le podium. Le champion du monde 2017 à Saint-Moritz sera le grand favori dans les Dolomites mais sa quatrième place il y a deux ans à Åre rappelle qu'entre «dans le coup» et «sur la boîte», il y a des nuances qui sont des gouffres dans les épreuves d'un jour.

Odermatt confirme

Les autres skieurs suisses se sont montrés à leur avantage, avec la sixième place de Carlo Janka et la huitième place de Marco Odermatt, très satisfait de sa course. En tête après le deuxième temps intermédiaire (mais il semble que cela fut une erreur du chronométrage), le jeune Nidwaldien a confirmé ses progrès et son immense potentiel dans toutes les disciplines en signant le meilleur résultat de sa carrière en descente, à 1'12 de Dominik Paris.

Le massif du Sud-Tyrol (1,84 m pour 100 kilos) revient en forme au meilleur moment. Il sait en outre se transcender en Italie, où il a remporté six de ses quinze victoires. Champion du monde de super-G en 2019, il a mis une année à se remettre d'une déchirure du ligament croisé antérieur du genou droit survenue en janvier 2020. Après avoir pris le temps de retrouver ses sensations, il est progressivement remonté au classement au fil des courses.

A relire: En ski, la blessure signe la fin de l'insouciance