Michel Desjoyeaux creuse l'écart sur Ellen McArthur et possédait 77 milles d'avance mercredi. Le navigateur breton poursuit sa progression vers le Nord et va légèrement plus vite que sa poursuivante. Roland Jourdain, situé très à l'Ouest, a eu plus de facilité à sortir des calmes du Pot au noir que Marc Thiercelin, troisième, situé plus à l'Est. Le troisième binôme, composé de Dominique Wavre, cinquième, et de son poursuivant Thomas Coville, continue de subir la mauvaise humeur d'Eole. Après avoir été contraints de serrer les côtes du Brésil, les deux navigateurs attendent l'alizé musclé de Sud-Est, qui avait permis à leurs prédécesseurs d'allonger la foulée. Mais ce vent ne vient pas.

La phrase du jour

Michel Desjoyeaux: «Dans l'anticyclone, j'ai perdu beaucoup d'avance, mais en définitive, j'ai pu recharger les batteries et c'est peut-être ce qui m'a permis de faire la différence dans le Pot au noir, où il faut conserver toute sa lucidité. Par moments, les poursuivants peuvent se rapprocher considérablement. Cela dit, dans ce style de phénomène, les écarts ne doivent plus se calculer en distance mais en temps.»