Football

Vendredi, journée cruciale pour Karim Benzema

La justice va décider ce vendredi si l'attaquant du Real et Mathieu Valbuena ont le droit d'entrer en contact. Et donc, si le meilleur buteur de l'équipe de France pourra participer à l'Euro

La question est dans tous les esprits depuis plusieurs mois: l’équipe de France de football pourra-t-elle compter sur Karim Benzema, son meilleur attaquant, lors de l’Euro 2016, qu’elle disputera à domicile? La réponse n’a dans un premier temps rien à voir avec le sport, mais avec la justice. La chambre d’instruction de la cour d’appel de Versailles doit se prononcer ce vendredi sur la levée du contrôle judiciaire de la star du Real Madrid, empêtré dans l’affaire d’une tristement célèbre sex-tape que personne n’a vue. C’est son avenir en bleu qui se joue.

Lire aussi: Valbuena et Benzema, le déterminisme à la française

■ Que va-t-il se passer ce vendredi?

Karim Benzema a été mis en examen le 5 novembre dernier pour «complicité de tentative de chantage» et «participation à une association de malfaiteurs» contre Mathieu Valbuena, un autre international français. Soumis depuis au régime du contrôle judiciaire, l’attaquant du Real Madrid n’avait plus le droit d’entrer en contact ni avec Valbuena, ni avec les autres prévenus. Le 18 février, la juge d’instruction chargée du dossier a toutefois décidé de lever partiellement la mesure et de permettre ainsi aux deux footballeurs de l’équipe de France de se voir. Le parquet a immédiatement fait appel. Ce vendredi, la chambre d’appel de la cour de Versailles doit donc trancher.

■ Qu’est-ce qui se joue?

Si Benzema et Valbuena ne peuvent pas entrer en contact, ils ne peuvent pas jouer ensemble en équipe de France. Il fallait donc «choisir» entre les deux. Mais entre un accusé et sa victime présumée, il n’y a pas match. Le 10 décembre dernier, le président de la Fédération française de football (FFF) Noël Le Graët décidait logiquement que Karim Benzema n’était «plus sélectionnable» tant que sa situation judiciaire n’évoluait pas. Si la justice lève ses objections à ce que les deux joueurs se rencontrent, l’attaquant du Real pourrait faire son retour en sélection.

■ Quelle est la tendance?

Karim Benzema a toutes les raisons d’être optimiste car, aujourd’hui, plus personne ne s’oppose à la levée de son contrôle judiciaire. Le parquet, pourtant à l’origine de l’appel, a fait volte-face depuis, rejoint par les avocats de Mathieu Valbuena. Logiquement, les deux footballeurs devraient donc être autorisés à entrer à nouveau en contact définitivement.

■ Que se passera-t-il ensuite?

La juge d’instruction va reprendre la main et prononcer un non-lieu ou, si elle estime les charges suffisantes, envoyer les suspects devant le tribunal correctionnel, sans la perspective d’un procès avant l’Euro – les délais sont trop courts. La FFF aurait alors un nouveau cas de conscience à trancher: un joueur en attente d’un procès, ou toujours sous le coup d’une mise en examen, est-il «sélectionnable», compatible avec l’image des Bleus? En décembre dernier, le premier ministre Manuel Valls a estimé que si un sportif n’est pas exemplaire, il n’a pas sa place chez les Bleus. Mais à l’époque de l’affaire Zahia, leur mise en examen n’avait pas empêché Franck Ribéry et Karim Benzema, déjà, d’être convoqués.

■ Pourquoi l’affaire est-elle si sensible?

Karim Benzema n’est pas n’importe quel international français. Le sélectionneur Didier Deschamps ne manque pas d’options en attaque (Giroud, Gignac, Gameiro, Lacazette), mais le buteur du Real est incontestablement la plus convaincante. En équipe de France, il est le meilleur buteur en activité (27 réalisations) et le joueur le plus expérimenté (81 sélections). En plus, il réalise une saison remarquable: à Madrid, il a marqué 23 buts en 25 rencontres. Du coup, beaucoup de ceux qui rêvent de voir la France briller lors de «son» Euro ont de la peine à s’y projeter sans lui. Un de ses plus fidèles soutiens est le légendaire meneur de jeu des Bleus Zinédine Zidane, son entraîneur au Real, qui ne manque pas une occasion de dire à quel point son avant-centre est performant et nécessaire à la sélection. Au sein même de la FFF, le président Noël Le Graët n’a jamais caché son affection pour Benzema, «un type bien», et c’est à contrecœur qu’il l’a mis sur la touche.

Lire aussi: Benzema suspendu, l’exemplarité avant la performance

■ Qu’en pense le public?

Après l’affaire Zahia et la grève de Knysna, l’Hexagone en a-t-il marre des scandales? Toujours est-il que différents sondages indiquent que l’opinion publique juge sévèrement Karim Benzema. Fin février, RTL et Winamax publiaient les résultats d’une enquête réalisée sur un échantillon de 996 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, et le verdict est sans appel: 70% des personnes sondées (et 60% des «amateurs de foot» déclarés) ne souhaitent pas voir Karim Benzema représenter la France à l’Euro.

Publicité