Parmi toutes les courses qu’aligne le calendrier de la Coupe du monde de ski alpin, deux jouissent d’une aura sans égale. Il y a la descente de la terrible Streif de Kitzbühel, avec ses dévers de glace et la ferveur du public autrichien, et puis il y a celle du Lauberhorn, dans l’Oberland bernois. Les funambules du Cirque blanc s’y élanceront le 16 janvier 2021, sans doute devant plus de 30 000 spectateurs. Peut-être pour la dernière fois.

Lire aussi: Les funambules de Kitzbühel

Swiss-Ski a officiellement demandé à la Fédération internationale de ski de rayer les épreuves de Wengen de son calendrier à long terme, qui préfigure le programme à compter de l’hiver 2021-2022. Les responsables ont demandé que les dates soient réservées avec la mention «SUI», sans précision de lieu, soulignent-ils dans un communiqué transmis ce mercredi.

Zermatt se profile

C’est une manière pour Swiss-Ski de mettre la pression sur le comité d’organisation local. Les deux instances sont en désaccord sur la question financièrement cruciale de la répartition des revenus liés aux droits TV, qu’aucun document ne régit depuis 2018. Le budget des épreuves s’élève actuellement à 9 millions de francs, et la fédération y contribue à hauteur de 2,2 à 2,5 millions de francs par an, selon la Neue Zürcher Zeitung. Les organisateurs en souhaiteraient un de plus. Swiss-Ski refuse d’entrer en matière. L’affaire se joue devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), à Lausanne, qui a dernièrement rendu un jugement provisoire dont le contenu n’a pas filtré.

Pour le comité d’organisation des courses du Lauberhorn, la déprogrammation de leurs épreuves signifie que «Swiss-Ski ne s’attend plus à gagner devant le TAS, mais ne veut toujours pas ajuster la répartition». Alors il prévient: «Si aucune négociation avec Swiss Ski n’est possible, [il] devra, à son grand regret, demander la poursuite de la procédure.»

Lire aussi: La fabrique à champions du ski suisse

Si le conflit ne devait pas se résoudre, d’autres stations sauteraient sur l’occasion d’accueillir des épreuves de la Coupe du monde de ski. Zermatt se profile depuis peu en traçant une descente qui pourrait être homologuée pour le plus haut niveau d’ici à 2023. Mais le Cirque blanc perdrait l’une de ses pistes les plus emblématiques, où se sont écrites certaines de ses plus belles histoires.