Franck Cammas et ses équipiers, dont le Vaudois Stève Ravussin, ont remporté mercredi à bord de Groupama la cinquième édition de la transat Québec – Saint-Malo devant Marc Guillemot sur La Trinitaine et Yvan Bourgnon sur Bayer en France (ndlr: l'ex-Primagaz de son frère Laurent). Le cadet des Bourgnon comptait lui dans son équipage Yvan Ravussin, le frère aîné de Stève.

Partis dimanche 31 juillet, les trimarans de 60 pieds ont mis un peu plus de neuf jours pour rallier Saint-Malo. Groupama a été le premier à couper la ligne d'arrivée au pied de la cité corsaire au terme d'une régate riche en émotions. Encore en tête au passage du Fastnet, Marc Guillemot et son équipage se sont fait coiffer par Cammas et les siens dans la nuit de mardi à mercredi. A l'aube, hier matin, six bateaux pouvaient encore prétendre à la victoire. C'est dans la traversée de la baie de Saint-Malo, par un vent faible et instable, que s'est jouée cette transat. «C'était très intense. Surtout à la fin. Nous naviguions à vue de La Trinitaine et n'avons jamais relâché. Ce fut un sprint du début à la fin. C'était chaud!», commente un Stève Ravussin joyeux à son arrivée sur le ponton. Groupama a coupé la ligne dix minutes seulement devant La Trinitaine. L'avance de ce dernier – 278 milles (510 km) dimanche dernier – a fondu lundi lorsque ses poursuivants ont battu des records de distance parcourue sur 24 heures. «Nous savions que les conditions météo nous permettraient de revenir sur le premier. Nous y avons cru jusqu'au bout», ajoute Stève Ravussin.

Pour sa première expérience dans cette transat, Cammas est ravi: «Cela m'a plu car il y a beaucoup de parcours côtier. Notamment de Québec à Saint-Pierre et Miquelon. C'était de la régate pure près des terres. Comme un Tour de France à la voile en multicoques! Et en équipage c'est sympa, tu peux pousser davantage le bateau qu'en double ou en solitaire».