L’Allemand Sebastian Vettel (Red Bull) a remporté le Grand Prix d’Italie de Formule 1, 13e manche de la saison, devant le Britannique Jenson Button (McLaren) et l’Espagnol Fernando Alonso (Ferrari), dimanche sur le circuit de Monza, près de Milan.

Vettel a dominé la course lombarde de la tête et des épaules, hormis quelques tours passés derrière Alonso, dont la mise en action avait été plus rapide que la sienne, en début de course.

L’Allemand, crédité de 284 points, compte désormais 112 longueurs d’avance au classement sur Alonso, son nouveau dauphin.

Sa huitième victoire de la saison semble clore définitivement le Championnat.

En cas de nouveau succès lors du prochain GP, le 25 septembre à Singapour, conjugué à des contre-performances de ses principaux adversaires, Vettel pourrait même être sacré cinq courses avant la fin du Championnat.

Dimanche, l’Allemand, au volant d’une Red Bull magistrale, a disputé une course tranquille, qu’il a contrôlée en patron.

A l’inverse, Button, auteur d’un mauvais départ, a dû s’employer en début d’épreuve, doublant notamment son coéquipier, le Britannique Lewis Hamilton, et Alonso, pour finir 2e.

L’Espagnol termine 3e, un résultat s’apparentant au maximum de ce que pouvait lui permettre sa Ferrari. Quatrième, Hamilton a été le grand animateur du GP d’Italie, luttant en début de course avec l’Allemand Michael Schumacher (Mercedes), beau 5e, puis en fin d’épreuve avec Alonso, sans se défaire du pilote Ferrari.

L’Australien Mark Webber (Red Bull) réalise la mauvaise opération du jour. L’ex-dauphin de Vettel au général a abandonné précocement après avoir percuté le Brésilien Felipe Massa (Ferrari, 6e), quelques tours après une impressionnante collision au départ ayant laissé trois pilotes sur le carreau.