Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Didier Deschamps, entraîneur de l’équipe de France.
© FRANCK FIFE

Football

Vingt-trois Bleus, huit réservistes, zéro surprise

Le sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps a dévoilé jeudi soir les noms des joueurs qu’il emmènera à l’Euro

Il était 20h19 quand Didier Deschamps est entré dans le vif du sujet lors du 20h de TF1. Le sélectionneur de l’équipe de France avait choisi cette tribune pour détailler sa fameuse liste, tant attendu répertoire des 23 joueurs qu’il emmènera à l’Euro cet été du 10 juin (match d’ouverture contre la Roumanie) jusqu’au 10 juillet, jour de la finale, l’Hexagone l’espère. Entre-temps, il y aura notamment un match contre la Suisse (le 19 juin), c’est dire si l’intervention télévisée du champion du monde 1998 pouvait intéresser Vladimir Petkovic.

Le Tessinois attendra, lui, le 29 mai pour dévoiler son jeu. Didier Deschamps était le deuxième sélectionneur à mettre cartes sur table. Quelques heures auparavant, Marc Wilmots avait dévoilé la sélection belge (24 noms, un sera biffé ultérieurement). Pourquoi aussi vite? Une manière de se projeter concrètement vers l’Euro. «Une fois qu’il a fait ses choix, le sélectionneur ne doit plus penser qu’à ses 23 pour qu’ils soient prêts pour la compétition», estime Jacques Santini, coach des Bleus entre 2002 et 2004, qui a raconté cette semaine à France Football le jour où il a donné sa liste pour l’Euro portugais.

Bien avant Deschamps, beaucoup s’étaient prêtés au jeu de la liste des Bleus: 1 270 000 internautes sur le site de L’Equipe par exemple, sans parler des personnalités du foot, chroniqueurs et journalistes. Devant le 20h, ils ont forcément jugé la copie officielle à l’aune de la leur. A l’approche d’une grande compétition, il y a autant de sélectionneurs que de fans de foot dans chaque pays.

Ils y seront

Tous ceux qui s’amusent à griffonner 23 noms au dos d’une addition au restaurant en assurant que «la voilà, l’équipe qui sera championne» y vont de leur touche personnelle, de leur petite surprise. Didier Deschamps, lui, n’a pas élaboré sa liste pour faire le malin mais pour gagner l’Euro. Il a donc été à l’essentiel, à l’évidence.

Les incontournables de longue date (Lloris, Varane, Pogba, etc.) seront au rendez-vous, comme les révélations fracassantes de la saison: N’Golo Kanté pour rappeler que le titre de Leicester City n’est pas un rêve; Anthony Martial pour montrer que Manchester United n’a pas jeté 80 millions d’euros par la fenêtre en l’engageant; Kingsley Coman pour raviver les regrets du PSG d’avoir laissé filer la pépite de sa formation maison vers le Bayern. «Dans un premier temps, la liste des 23, ce n’est pas le sélectionneur qui la constitue mais les joueurs. Ce sont eux qui s’imposent à vous», estime Jacques Santini.

La presse française estimait qu’il y avait entre 14 et 19 joueurs assurés d’être appelés (mais pas toujours les mêmes selon les titres). «Je n’ai pas l’habitude de prévenir ceux qui vont venir avant l’annonce officielle, a glissé Didier Deschamps jeudi soir. Mais la plupart savent qu’ils seront là.» Même au-delà de ceux-ci, il n’y a pas de vraie surprise dans sa sélection, mais des choix: celui de doubler tous les postes arrières (plutôt que de ne prendre que sept défenseurs et un attaquant supplémentaire); celui de faire confiance à ceux qui ont brillé lors du dernier rassemblement en mars (Gignac plutôt que Lacazette, pas Ribéry).

Ils auraient pu y être

Le réservoir de joueurs est tel en France que n’importe quelle absence peut être compensée. Et donc n’importe quel choix contesté. Certains ont tout de même dû donner ses derniers cheveux blancs à Didier Deschamps. Laisser Hatem Ben Arfa et Alexandre Lacazette sur le carreau, par exemple. A Nice, l’enfant terrible du foot français a crevé l’écran, montré des signes de maturité et attisé, malgré ses 29 ans, les convoitises de grands clubs. A Lyon, le meilleur buteur français du championnat de Ligue 1 a connu un début de saison difficile avant de retrouver son véritable niveau, mais ni ses 23 buts toutes compétitions confondues ni les déclarations chocs de son président Jean-Michel Aulas (Gignac, «un choix exotique» car il évolue au Mexique) n’y auront fait.

Ces joueurs figurent sur une seconde liste de huit «réservistes», complétée par Aréola, Gameiro, Rabiot, Schneiderlin, Sidibé et Umtiti. En cas de blessure parmi les 23, ils pourraient être repêchés. «Ils vont faire une bonne partie de la préparation avec l’équipe», a précisé Deschamps. Deux réservistes avant la Coupe du monde 2014 avaient finalement été du voyage au Brésil.

Ils n’y seront pas

En d’autres circonstances, Didier Deschamps les aurait évidemment emmenés. Karim Benzema, acteur présumé d’un chantage à la sex-tape et sifflé hors jeu depuis longtemps. Mathieu Valbuena, acteur de la même sex-tape, mais qui a surtout connu une saison difficile. Mamadou Sakho, contrôlé positif lors d’un contrôle antidopage après avoir, assure-t-il, pris des «brûleurs de graisse». Franck Ribéry, enfin, qui n’excluait pas un retour en bleu mais auteur d’une saison trop maigre (12 apparitions en Bundesliga) pour convaincre. L’Euro se fera sans eux. Et cela n’empêche pas la liste de Didier Deschamps d’avoir de l’allure. Pour les sites de paris en ligne, la France est la deuxième équipe favorite derrière l’Allemagne championne du monde.


La liste complète des 23 Bleus

Gardiens (3): Benoît Costil, Hugo Lloris, Steve Mandanda.

Défenseurs (8): Lucas Digne, Patrice Évra, Christophe Jallet, Laurent Koscielny, Eliaquim Mangala, Jérémy Mathieu, Bacary Sagna, Raphaël Varane.

Milieux (6): Yohan Cabaye, Lassana Diarra, N’Golo Kanté, Blaise Matuidi, Paul Pogba, Moussa Sissoko.

Attaquants (6): Kingsley Coman, André-Pierre Gignac, Olivier Giroud, Antoine Griezmann, Anthony Martial, Dimitri Payet.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL