Le feuilleton entre Pierre Fehlmann et Ernesto Bertarelli a vécu un nouvel épisode. Selon l'édition de dimanche de notre confrère Le Matin, le navigateur morgien a même marqué de nouveaux points dans son bras de fer avec le patron du groupe biotechnologique Ares-Serono: le Tribunal de commerce de Nîmes, mercredi dernier, aurait débouté Ernesto Bertarelli qui demandait la levée de la saisie, à Port-Camargue, des huit voiliers Maxi One Design (MOD).

«Ernesto Bertarelli a de nouveau été débouté. Il a proposé de fournir une garantie bancaire de 2,9 millions de francs suisses. Le tribunal a estimé qu'il n'avait pas offert une garantie suffisante par rapport aux créances que Pierre Fehlmann fait valoir, qui se montent à environ huit millions de francs suisses», explique Me Dominique Warluzel, défenseur de Pierre Fehlmann.

Robert Assaël, avocat d'Ernesto Bertarelli, est étonné par cette nouvelle: «Cette annonce est doublement surprenante. D'une part, la décision ne nous a pas encore été signifiée. D'autre part, lors de l'audience devant le juge de Nîmes, au début de cette année, l'avocat de M. Felhmann ne s'est pas opposé à la levée de la saisie: seule la question du montant de la garantie divisait encore les parties. De notre côté, nous avions proposé un montant équivalent à la réclamation initiale de M. Fehlmann, tout en disant subsidiairement au juge qu'il pouvait fixer un montant supérieur s'il l'estimait fondé. Nous attendons maintenant de recevoir la décision avant tous autres commentaires.»

Dans ce feuilleton aux multiples rebondissements, rappelons que les deux hommes avaient d'abord uni leurs efforts pour un projet sportif – le championnat du monde des MOD –, avant de se brouiller l'été dernier. S'estimant «chassé comme un malpropre», Pierre Fehlmann avait obtenu la saisie des MOD, le 17 septembre dernier, à titre de garantie pour les créances qu'il réclame à Ernesto Bertarelli.