Le Breton Jean Le Cam, déjà double vainqueur de l'épreuve, a remporté mercredi la première étape de la 30e édition de la Solitaire du Figaro à la voile entre Brest et Brest via Falmouth (GB). Une étape difficile qui a connu de nombreux bouleversements hiérarchiques. Le classement général au temps s'est révélé très serré puisque Le Cam ne possède que trois minutes d'avance sur ses trois poursuivants immédiats, le Breton Yann Eliès, le Basque Pascal Bidégorry et le Méditerranéen Gilles Chiorri. Contrairement aux éditions précédentes où les premiers s'étaient assurés une confortable avance dès la première étape, le jeu cette fois reste entièrement ouvert. «Les passages à niveaux avec phénomènes d'accordéon ont été plutôt favorables à la queue de la flotte. Nous avons fait une belle étape mais nous n'avons rien construit. Les écarts sont faibles. Le 27e n'est qu'à une heure de Le Cam. Tour reste à faire», commente Gilles Chiorri. «C'était un coup pour rien», ajoute Pascal Bidégorry.

Michèle Paret, skipper du voilier Carrefour Prévention Genève, est plutôt contente que le classement soit au temps. Victime d'un problème de ballast (n.d.l.r.: réservoirs latéraux d'eau de mer qui permettent de diminuer la gîte du bateau), elle a connu une première étape très pénible et n'a terminé qu'en 44e position. «Heureusement que j'avais dit que je voulais terminer dans les 58 premiers!, plaisante la navigatrice. Je ressens une immense frustration. La vanne de mon ballast n'étant plus étanche, il fuyait m'obligeant à pomper toutes les dix minutes. C'était très pénible et m'a miné moralement.»

A ce problème technique, est venu s'ajouter un délicat plongeon sous le bateau pour dégager un gros paquet d'algues coincé dans le bulbe de quille et une collision évitée de justesse avec un cargo. «J'ai eu la frousse de ma vie», raconte Michèle Paret qui a déjà tourné la page, réparé sa vanne de ballast et a hâte de reprendre la mer dimanche pour le départ de la deuxième étape Brest-Bayona (Espagne).