La délégation suisse aux Jeux olympiques de Tokyo compte une deuxième médaille. Après celle de bronze de Nina Christen (tir à la carabine à dix mètres), elle a été décrochée par Mathias Flückiger, deuxième de l’épreuve de VTT cross-country, ce lundi matin. Le Bernois de 32 ans a été battu par le Britannique Tom Pidcock, qui a su profiter d’une défaillance de son rival dans une des dernières montées de la course. L’Espagnol David Valero Serrano termine troisième, juste devant le Grison Nino Schurter (35 ans), champion olympique à Rio en 2016.

Avec les deuxième et quatrième rangs, les Suisses signent bien sûr un joli résultat d’ensemble. Mais il aurait presque pu être meilleur, tant les deux hommes comptaient parmi les favoris. Vice-champion du monde en titre, Mathias Flückiger était dans la forme de sa vie avec deux victoires consécutives en Coupe du monde (et un statut de leader du classement général). Huit fois champion du monde et triple médaillé olympique, Nino Schurter abordait la course sans la pression de celui qui a encore quelque chose à prouver.

Spécialité helvétique

Dès les premiers coups de pédale, ils se sont retrouvés aux avant-postes. Leur situation est même devenue carrément idéale quand ils ont formé un groupe de quatre avec le futur vainqueur et le Néo-Zélandais Anton Cooper: n’allaient-ils pas pouvoir collaborer pour faire la différence, puis régler à la régulière la question de la victoire? Il n’en fut pas ainsi. Si Cooper a marqué le coup, Tom Pidcock a intelligemment laissé les Suisses faire le travail sans trop s’esquinter lui-même, et il est passé devant au bon moment.

Depuis l’introduction du VTT aux Jeux olympiques d’été, en 1996 à Atlanta, il y eut toujours un Suisse sur le podium, sauf en 2004 à Athènes. Mais malgré une belle densité de spécialistes dans le pays, il n’y en a jamais eu deux, et la course disputée à Izu, dans le périmètre d’un ancien parc d’attractions, n’a pas fait exception. Les engagés ont pu profiter des encouragements de quelque 5000 spectateurs puisque le site de la compétition se situe hors de la préfecture de Tokyo, où règne l’état d’urgence.

L’épreuve féminine aura lieu dans les mêmes conditions ce mardi à 8 heures (heure suisse).