Le Temps: Comment vous sentez-vous? On vous a vu quitter le court très très déçu…Stanislas Wawrinka: Ce n’est pas évident, c’est sûr. Il y a une grande déception. Mais aussi toute la fatigue qui sort, tous les efforts fournis au long de la semaine. La pression qui retombe. – Comment avez-vous vécu la soirée d’hier après l’interruption, et la matinée avant d’aller sur le court? – Cela n’a pas été facile hier soir, mais pour lui c’était encore plus difficile. Il y avait beaucoup de tension, de stress et de nervosité des deux côtés. A la reprise, j’ai réussi à reprendre le break parce qu’il était très tendu et a fait rapidement des fautes. Après, on repart sur de longs jeux, sur des longs points et il était à nouveau dedans. – Des regrets, mais pas grand-chose à vous reprocher car vous avez montré un beau niveau de jeu… – Je pense vraiment avoir fait un très très bon tournoi. A part le premier match où j’ai fait cinq sets et n’aurais peut-être pas dû. Mais j’avais quelques problèmes physiques. Le reste du temps, j’ai bien joué. J’ai notamment battu Gilles Simon qui est vraiment très fort sur toute cette saison sur terre. En plus, il était en confiance car il est chez lui et physiquement, il me domine. Sur le match contre Jo il me manquait 10 à 15% de physique, de réactivité, ce que j’avais contre Simon et que j’ai malheureusement laissé dans les premiers tours. C’est ce qui fait la différence. Je savais que je pouvais tenir 5 heures physiquement mais il me manquait cette petite réactivité pour pouvoir tenir quand il m’agressait, pour pouvoir lui mettre un peu plus de pression. – Vous disputez beaucoup de matchs en cinq sets. Avez-vous une explication? – Je sais que je suis très fort sur la longueur et que je ne vais pas baisser physiquement sur 3-4 heures. Au contraire, je vais plutôt remonter et me relâcher, contrairement aux autres. Après, je fais 5 sets contre Gilles Simon car je ne peux pas lui mettre trois sets. C’est un grand joueur, il est 11e mondial et il me pose beaucoup de problèmes. J’ai dû attendre qu’il baisse un peu et que moi je remonte le niveau pour le prendre physiquement et pouvoir terminer en le dominant totalement. Avec Jo, ça a été un peu pareil si ce n’est que j’ai laissé trop de traces dans les premiers tours. Sur le plan physique je n’étais pas à 100%. Mais je sais que même à 80% je vais pouvoir tenir 5 heures. Ça a été ma force, me battre et attendre qu’il baisse un peu pour aller chercher deux sets. – Que vous êtes-vous dit au moment de l’accolade? – «Bien joué, bravo». J’ai dit qu’il méritait et j’étais content pour lui qu’il joue bien ici chez lui, devant son public.