Rio 2016 

Wawrinka forfait, le Dream Team vire au cauchemar

Le Vaudois, blessé, renonce à son tour. La nature de sa blessure n’est pas précisée mais une chose est claire: il n’y a plus d’équipe de Suisse de tennis aux Jeux

A force, les journalistes suisses devraient être habitués mais la nouvelle a une fois encore pris tout le monde de court. A 18h17 mardi, un communiqué de Swiss Olympic a annoncé le forfait de Stan Wawrinka pour les Jeux olympiques de Rio. Comme Roger Federer le 26 juillet, puis Belinda Bencic le 27. Wawrinka a, dit le communiqué, «senti des douleurs progressives» durant le tournoi de Toronto, où il avait perdu, assez nettement, en demi-finale face au Japonais Kei Nishikori après avoir réussi un joli parcours.

Après son élimination, Stan Wawrinka, dont l’attachement à la cause nationale et aux Jeux olympiques ne peut être pris en défaut (il fut champion olympique en 2008 à Pékin et porte-drapeau en 2012 à Londres), est immédiatement rentré en Suisse pour des examens complémentaires. «Après des analyses et un IRM, son médecin a constaté des surcharges régionales» qui l’obligent «à restreindre son activité pour une période indéterminée». Comprenne qui pourra. En revanche, le communiqué est très clair sur un point: ni Stan Wawrinka ni son entourage ne donneront la moindre indication sur cette blessure. Parce qu’il est «très triste» ou parce qu’il y a autre chose de plus grave?

A deux jours de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques, Rio et l’équipe de Suisse de tennis suivent des trajectoires contraires. Critiqués de toutes parts, les Brésiliens mettent les bouchées doubles pour rattraper ce qui peut l’être et faire bonne figure le jour J. Les stars suisses de la raquette, elles, vont de mal en pis. Parti pour tout rafler avec Federer, Hingis, Wawrinka, Bencic et Bacsinszky, et une bonne demi-douzaine de combinaisons possibles pour briller sur les courts olympiques, le Dream team helvétique est réduit en lambeaux. Des six sélectionnés par Severin Lüthi, ils ne sont aujourd’hui plus que deux. Elles, plutôt: Martina Hingis et Timea Bacsinszky. Un simple et un double, alors que la Suisse pouvait rêver début juillet de médailles en simples messieurs et dames, doubles messieurs et dames et double mixte.

Publicité