Quand Beat Feuz a signé le meilleur temps de la descente du Lauberhorn, vendredi sous le soleil de Wengen, il y avait toutes les raisons de penser qu’il allait remporter la classique bernoise pour la quatrième fois. C’était sans compter sur les deux hommes en forme de la saison. Le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde, tout d’abord, qui s’est emparé de la tête. Le Nidwaldien Marco Odermatt, ensuite, qui pour sa première participation à l’épreuve a pris un exceptionnel deuxième rang au lendemain de sa victoire en super-G.