«L'année prochaine, les femmes et les filles participants au tournoi auront la possibilité de porter des shorties colorés si elles le souhaitent», a déclaré la directrice du tournoi du Grand Chelem londonien Sally Bolton dans un communiqué. La patronne de Wimbledon a précisé que la décision a été prise après «des discussions avec les joueuses et des réprésentants des parties prenantes».

«Nous espérons que ces ajustements aideront les joueuses à se concentrer uniquement sur leurs performances en éliminant une source potentielle d'anxiété», a poursuivi Sally Bolton. Le code vestimentaire des Internationaux d'Angleterre imposait aux joueurs et joueuses des tenues blanches sur le gazon londonien, marquant une singularité au regard des autres Majeurs, l'Open d'Australie, Roland-Garros et l'US Open.

Lire aussi: Affluence, fair-play, «night sessions»: les non-dits de Wimbledon

En 2014, le réglement a été durci en obligeant les participants à porter des sous-vêtements blancs pour se conformer à la politique du «tout blanc».

Le tennis n'est pas le seul sport à être concerné par ces préoccupations liées aux périodes menstruelles. Fin octobre, l'équipe féminine de foot de Manchester City avait annoncé que ses shorts ne seraient plus blancs dès l'année prochaine. Début juillet, la star de la sélection anglaise Beth Mead, championne d'Europe, avait notamment milité en faveur d'assouplissements de la tenue, expliquant que ce «n'é(tait) pas pratique quand on est dans cette période du mois.»

Lire aussi: 2022, une drôle de saison de tennis