Tennis

A Wimbledon, Del Potro coupe l’herbe sous le pied de Stan Wawrinka

Déception pour le Vaudois éliminé en quatre sets par l’Argentin dès le deuxième tour

Un petit tour et puis s’en va. Wimbledon reste un monde à part pour Stan Wawrinka, éliminé au deuxième tour du tournoi londonien par l’Argentin Juan Martin Del Potro (3-6 6-3 7-6 6-3). Quart-de-finaliste en 2014 et 2015, Wawrinka est retombé dans ses travers vendredi sur un gazon où il n’a gagné que neuf matchs entre 2005 et 2013.

Cette année, le Vaudois s’était adjoint les services de Richard Krajicek (vainqueur en 1996) pour essayer de franchir un palier. Il a eu la malchance de tomber dès le deuxième tour sur Del Potro. A 28 ans, revenu de multiples blessures, l’Argentin vaut bien mieux que son 165e rang actuel à l’ATP.

Après trois opérations des poignets et deux années quasi blanches, Del Potro peut espérer redevenir le joueur qui remporta l’US Open en 2009. Demi-finaliste à Wimbledon en 2013, il avait également disputé ici même en demi-finale des Jeux olympiques 2012 un match homérique contre Roger Federer. Le Suisse s’en était sorti dans les larmes. Pour la médaille de bronze, «Delpo» avait dominé rien moins que l’actuel numéro 1 mondial Novak Djokovic.

«J’ai trop réfléchi»

Le niveau de jeu retrouvé de Del Potro n’explique qu’en partie la prestation en demi-teinte de Wawrinka. Le Suisse a alterné le très bon (le premier set) et le médiocre (quatre fautes non provoquées dans le tie-break de la troisième manche). Supérieur physiquement, dominateur dès que l’échange dépassait les sept ou huit frappes, il lui était possible de l’emporter avec plus de patience et de constance.

Après avoir sportivement félicité son adversaire et s’être réjoui de son retour en forme, Stan Wawrinka faisait sans difficulté son autocritique en conférence de presse. «Je n’ai pas été suffisamment agressif, pas assez libéré. J’ai bien débuté la rencontre mais dans le deuxième set, j’ai commencé à être entre-deux. Je lui ai donné le break en manquant des coups faciles et en faisant une double faute. Après, j’ai trop réfléchi alors que lui n’avait pas trop de questions à se poser, juste bien servir.»
Une fois encore, Wawrinka confirme son peu de goût pour le jeu sur gazon.

«Sur cette surface, un match peut se jouer sur un ou deux points, explique-t-il. Et comme j’ai quelques appréhensions, il me faut un ou deux tours pour entrer dans le tournoi. Lorsque j’ai fait des fautes, j’ai commencé à me demander si je faisais les bons choix. Sur gazon, si tu penses trop, tout devient difficile.»

Publicité