Tennis

Wimbledon, symphonie du premier jour

Si les autres tournois peinent souvent à entrer dans le vif du sujet, Wimbledon est totalement unique dès les premières balles. C’est la magie du «Day One», sur une perfection de gazon. Ceux qui l’ont foulé en premier le racontent avec émotion

Le rituel est immuable. A 10h30, les portes s’ouvrent lentement au public. Dans différents points du stade, les membres du All England Lawn Tennis & Croquet club en veston, cravate et chapeau écartent les lourdes grilles de fer forgé, laissant entrer une foule compacte, à la fois docile et impatiente. Le flot s’écoule sans heurt et en bon ordre, conduit au pas par un cordon de stewarts. Cela ressemble un peu à une désalpe, en plus plat, ou à un lâcher de taureaux à Pampelune, un jour de San Fermin, en plus lent. C’est Wimbledon.

Lire aussi: Wimbledon village, le tournoi côté jardin