Belinda Bencic et Roger Federer resteront dans l’histoire comme les derniers (doubles) vainqueurs (en 2018 et 2019) de la Hopman Cup. Organisée à Perth autour de la Saint-Sylvestre tous les ans depuis 1988, cette compétition unique associant une femme et un homme de huit pays disparaît du calendrier après 31 éditions. Elle ne pouvait pas cohabiter avec la World Team Cup, imaginée par l’ATP et Tennis Australia.

Ce tournoi réunissant 24 équipes dans trois villes (dont Perth), qui verra le jour début 2020 en apéritif de la première levée du Grand Chelem de l’année, fait ainsi sa première victime. Peut-être pas la dernière. Il promet d’instaurer une concurrence évidente avec la nouvelle version de la Coupe Davis, qui se disputera désormais sur une semaine au mois de novembre (du 18 au 24 à Madrid cette année).

Le temps du deuil

«Pour moi, Tennis Australia tire la couverture à elle […] en souhaitant faire disparaître économiquement et sportivement la Coupe Davis», déclarait il y a quelques mois au Temps Lionel Maltese, maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille et membre du comité exécutif de la Fédération française de tennis.

Lire aussi: Le talentueux Mr. Tiley

Pour l’instant, le public et les joueurs vont en tout cas devoir faire le deuil de la Hopman Cup, à laquelle beaucoup se disaient très attachés. Parmi eux, des stars de tout premier plan comme Roger Federer et Serena Williams, qui se sont retrouvés face à face lors d’un double. «Si beaucoup vont dire qu’avec ce changement on perd quelque chose, on a en fait gagné quelque chose», a affirmé jeudi le patron de la Fédération australienne de tennis, Craig Tiley.