La dernière séance d’entraînement avant la reprise du championnat de Super League se termine pour Xamax sous une pluie fine. Ce samedi à 18h15, l’équipe neuchâteloise recevra le FC Thoune sur la pelouse synthétique de sa Maladière. Avec 19 points chacune, les deux formations ferment la marche au classement. Elles sont les plus menacées par une relégation dont les conséquences économiques s’annoncent d’autant plus violentes que tous les clubs sont fragilisés par la crise actuelle et la disparition d’une partie significative de leurs revenus. Leur rencontre revêt déjà une importance capitale, ne serait-ce que sur le plan symbolique, même si le maintien se jouera sur un temps à peine plus long: 44 jours, rythmés par 13 parties.

Mais n’allez pas parler à l’entraîneur Joël Magnin de «partir à la guerre» ou d’une quelconque «mission commando». «Tout cela est un peu trop militaire à mon goût, lance-t-il du bord du terrain. Nous vivons une crise qui a causé beaucoup de morts et de dégâts, alors soyons déjà heureux de faire notre métier et gardons le sens de la mesure. Nous allons simplement faire tout notre possible pour assurer notre place dans l’élite.»