rugby

Le XV de France en finale du Mondial

La France s’est qualifiée au forceps pour la finale de la Coupe du monde. A Auckland (NZ), le XV tricolore a battu d’un point le Pays de Galles (9-8) malgré plus d’une heure de supériorité numérique

En finale, les Français viseront le 23 octobre le premier titre de leur histoire face au vainqueur de la demi-finale entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie, programmée dimanche (10h en Suisse).

Les Français ont largement peiné pour atteindre leur troisième finale mondiale après 1987, déjà en Nouvelle-Zélande, et 1999. Ils ont pourtant bénéficié d’un scénario très favorable dès le début du match avec la sortie sur blessure à la 10e minute du pilier droit gallois Adam Jones, puis l’exclusion définitive du troisième ligne et capitaine Sam Warburton pour un plaquage dangereux sur l’ailier Vincent Clerc (18e).

«Vilaine demi-finale»

Sans parvenir à prendre le jeu à leur compte, les Français ont pris la tête au score avec trois pénalités de leur ouvreur Morgan Parra (21e, 33e, 49e). Jamais dominateurs malgré leur supériorité numérique, ils ont même vu les Gallois revenir sur leurs talons après un essai de Mike Phillips (58e), avant de frôler le pire lorsque le pilier Nicolas Mas a offert aux «Diables Rouges» une pénalité à 50 mètres face aux poteaux que l’arrière Leigh Halfpenny n’a pas passée (75e).

Les Gallois pourront regretter le manque de réussite de leurs buteurs, successivement James Hook, Stephen Jones et Halfpenny, qui ont raté quatre tentatives face aux poteaux. Ils ont également manqué de lucidité en ne tentant pas de drops dans les dernières minutes alors qu’ils étaient en position favorable. Ils échouent pour la deuxième fois en demi-finale après 1987. «C’est certainement la demi-finale la plus vilaine de l’histoire du rugby mondial», a souri l’entraîneur français Marc Lièvremont, soulignant qu’il se «fout que le match n’ait pas été beau».

Côté gallois, l’amertume est de mise: «Warburton n’est pas un joueur violent. Pourquoi gâcher une demi-finale de Coupe du monde avec un carton rouge ?», s’est interrogé l’entraîneur Warren Gatland. «Nous ressentons simplement que le destin de ce match nous a été ôté avec le carton rouge», a-t-il ajouté. La finale se jouera dimanche 23 octobre à 10h00 (heure suisse).

Publicité