Les Etats-Unis ont conservé leur place de leader au terme de la troisième journée olympique de natation à Londres, mais il s’en est fallu de peu car la poussée des Français est impressionnante. Pour preuve, le Niçois Yannick Agnel fut la star de la soirée avec sa victoire dans l’épreuve phare de la semaine, le 200 m libre.

Sous ses airs décontractés et son allure plutôt frêle, Agnel est un carnassier. A 20 ans, il en impose au point de se permettre de partir à fond... et de finir encore plus vite. Il a mené sa course de bout en bout, l’emportant en 1’43’’18, troisième temps de l’histoire, le meilleur depuis l’interdiction des combinaisons il y a deux ans. Au grand ravissement du président François Hollande, accouru à l’Aquatics Center en compagnie d’un aréopage d’une quinzaine de personnes.

Agnel n’a laissé aucune chance au Sud-Coréen Park Tae-Hwan, double Champion du monde, ni au Chinois Sun Yang, Champion olympique la veille du 400 m, qui se partagent la médaille d’argent en 1’44’’93. Et Ryan Lochte, qui avait dominé Michael Phelps sur le 400 m 4 nages en ouverture, échoue cette fois au pied du podium. Avec encore au départ le recordman du monde Paul Biedermann (All), cette course réunissait la crème de la crème des bassins... hormis Phelps, qui a décidé cette fois de zapper la distance (sachant qu’il lui en reste sept autres au programme).

Le triomphe d’Agnel n’en prend que plus de valeur et souligne davantage encore la vague bleue qui submerge les bassins, au point de presque menacer la suprématie américaine. Déjà sacré la veille sur le relais au terme d’un dernier tronçon supersonique, Agnel est devenu le premier nageur à glaner deux titres à Londres. En attendant le 100 m. Et la France compte trois titres à ce jour, avec encore celui de Camille Muffat sur 400 m, contre quatre aux Etats-Unis.

Les ados à la fête

Les Américains ont pris une revanche, et plutôt deux fois qu’une, sur le 100 m dos, avec la victoire de Matthews Grevers (record olympique en 52’’16) devant son compatriote Nick Thoman. Co-favori, le Champion du monde et Champion d’Europe français Camille Lacourt a terminé hors du podium, à près d’une seconde. Une grosse déception pour le fiancé de l’ex-miss France Valérie Bègue, qui s’était préparé mieux que jamais pour l’événement.

Les Américaines aussi ont leur star. Elle s’appelle Missy Franklin, est âgée de 17 ans est a remporté la médaille d’or avec beaucoup d’autorité sur 100 m dos (58’’33), devant l’Australienne Emily Seebohm et la Japonaise Aya Terakawa. Franklin est inscrite sur sept épreuves à Londres. En cas de sans faute, elle deviendrait la première nageuse à remporter sept titres olympiques d’un coup... Pour relever cet incroyable défi, elle peut compter sur les conseils de Phelps, expert en matière de gestion de l’effort après sa razzia sans précédent (huit titres) à Pékin.

Plus jeune et plus forte encore, du moins ce lundi, fut Ruta Meilutyte: à 15 ans et quatre mois, la Lituanienne qui étudie à Plymouth (GB) a décroché l’or du 100 m brasse (1’05’’47), après avoir pulvérisé son record personnel et battu le record d’Europe dès les séries. Il n’y avait plus eu d’aussi jeune championne olympique en natation depuis 30 ans. La Balte a précédé l’Américaine Rebecca Soni et la Japonaise Satomi Suzuki.

En douze épreuves depuis le début de ces joutes, les Etats-Unis, s’ils n’ont pas tout gagné, sont montés au moins une fois sur le podium à chaque coup.