Nicolas est accoudé à la barrière, derrière le but de Kriens. A l'autre bout du terrain, un attaquant alémanique enroule une frappe incroyable dans la lucarne de Dany Da Silva, le gardien d'Yverdon Sport, et cela fait déjà 0-2. «Ça, si c'est filmé, ça passe quatre fois sur Téléfoot! Bon, c'est pas pour nous, mais c'est magnifique, il faut reconnaître. C'est pour voir ça qu'on vient au stade, pas pour les vedettes...» De vedettes, il y en a surtout une sur la pelouse: Djibril Cissé.

L'ancien international français dispute son premier match officiel au Stade Municipal d'Yverdon-les-Bains, un mois après avoir décidé de s'engager pour une saison avec le club local, en Promotion League, la troisième division suisse. Et ça ne plaît pas beaucoup à Nicolas. «Moi, j'aime pas les têtes qui dépassent. Neymar, tout ça, non, ça ne m'intéresse pas. Je n'ai rien contre Djibril Cissé, vraiment, mais ici, il prend la place d'un jeune.»

Lire aussi:  A Yverdon, l'événement Djibril Cissé

Autour du terrain, rares sont ceux qui pensent comme lui. Le Nord vaudois accueille l'attaquant passé par Marseille et Liverpool, entre autres, avec un mélange d'enthousiasme, de fierté et d'incrédulité. Dans les tribunes, l'ancien entraîneur d'Yverdon Sport en Challenge League Vittorio Bevilacqua salue ce transfert hors-norme. «Si j'aurais aimé avoir Cissé dans mon équipe à l'époque? Mais évidemment! Et pas que moi, tout le monde! C'est incroyable qu'il soit là, c'est vraiment un joli coup.»

Cinq matches, sept buts

Pas loin de lui, une fringante supportrice de 86 ans rejoint la discussion: «Vous savez, cela fait 65 ans que je viens voir les matches ici. Eh bien, c'est la première fois que nous avons l'occasion de voir un tel joueur. En plus, c'est une belle personne. Je peux vous le dire; j'ai eu l'occasion de discuter avec lui. Il m'a dit qu'il était là pour donner un coup de main, pour aider. Avec la carrière qu'il a eue! Moi, je dis: chapeau!»

A ceux qui ne voulaient voir dans son arrivée à Yverdon Sport qu'un (brillant) coup marketing, Djibril Cissé a déjà répondu par son implication dans les matches de préparation. En quatre rencontres, il a inscrit six buts. Et trois jours avant d'affronter Kriens à domicile, il avait donné la victoire à son équipe lors du premier match de championnat, en marquant le 2-3 à quelques instants de la fin d'une partie contre Köniz. «Il est vraiment là pour jouer au football, confirme un membre du staff du club. Physiquement, il lui reste un peu de travail pour arriver au top de sa forme, mais il ne ménage pas ses efforts. Et il conserve cet instinct de buteur incroyable. L'autre jour, à l'entraînement, il devait enchaîner quinze frappes lors d'un exercice. Il a marqué quatorze buts. Des missiles sous la latte, à la chaîne.»

Ceux qui étaient venus pour le voir briller, samedi après-midi, ont dû repartir déçus. Djibril Cissé n'a joué que les 45 premières minutes avant de céder sa place. A son actif, quelques ballons déviés de la tête, une tentative de demi-volée bien contrée par un défenseur et c'est à peu près tout. A sa décharge, Yverdon Sport a été dominé par une équipe lucernoise solide et il n'a hérité que de peu de ballons. En seconde période, sans lui, cela n'a pas mieux fonctionné. Au final, Kriens s'imposera 0-3.

En attendant les maillots...

Sur les réseaux sociaux et dans les bars yverdonnois, l'annonce du transfert avait eu un retentissement considérable. Les amateurs de foot peu intéressés par les performances du club local affirmaient haut et fort que, oui, cette année, ils iraient voir jouer les verts et blancs. Quelques ultras profitent de surfer sur la vague et ont fait imprimer deux banderoles. Sur l'une, on peut lire «Ici, c'est YS!», sur l'autre «Djibril Cissé - Un lion ne meurt jamais!!!» Ils sont une petite trentaine, écharpe autour du cou malgré la canicule.

Le speaker, lui, remercie les 758 spectateurs qui se sont déplacés pour cette première affiche à domicile. C'est deux fois plus que la moyenne enregistrée la saison dernière. «Franchement, c'est très bien, n'oubliez pas que nous sommes en pleine période de vacances, fait remarquer le président du club, Mario Di Pietrantonio. J'attribue cette belle affluence à notre dynamique - la promotion, notre victoire lors du premier match. Mais il est clair que les gens viennent aussi pour voir Djibril...» Des maillots floqués à son nom sont en cours d'élaboration. Ils seront prêts d'ici une dizaine de jours. Le club espère que Cissé marque des buts. Mais il compte aussi sur son impact en termes d'image.

«Franchement, je suis très content que Djibril Cissé soit ici, nous lance un autre supporter, la trentaine. On a parlé de nous dans L'Equipe, dans la presse internationale. Ce n'est pas souvent qu'on a l'occasion d'entendre le nom de notre ville pour des raisons positives, alors profitons-en!»

Le match se termine. Certains spectateurs prennent le chemin du festival musical qui se déroule à quelques centaines de mètres du stade. Son nom: «L'Antidote», sous-entendu «à la morosité des soirées yverdonnoises». Cette saison, le club de football compte aussi participer à la manœuvre.