Le Temps: Contre Gilles Simon, un Français, vous allez probablement jouer sur un court plus grand, peut-être même le Central…

Stanislas Wawrinka: Oui, je pense qu’on va jouer soit sur le Central, soit sur le Suzanne Lenglen. Je suis content. C’est très bien. J’aime beaucoup ces terrains. Pour l’ambiance aussi. Affronter un Français est toujours très intéressant. J’avais joué contre Tsonga [il l’avait battu] l’an dernier. Cette année, je vais jouer Simon. Ça devrait être un bon match.

– Quelles sont vos relations avec Gilles Simon? Est-ce que vous vous entraînez de temps en temps en Suisse?

– Les relations sont très bonnes avec lui. On s’entraîne régulièrement ensemble. Jamais en Suisse du fait qu’il n’habite pas dans la même ville. [Simon est sur Neuchâtel.] Mais sur le circuit, on le fait souvent. On s’entend vraiment bien.

– Qu’est ce qui pourrait vous gêner dans son jeu?

– C’est quelqu’un qui lit très bien le jeu. Il a une frappe à plat, très rasante. Donc pas évident de créer beaucoup avec ces frappes-là, surtout en revers. C’est un joueur pas évident à manier. Il parvient à se sortir de situations difficiles. Et quand il se sent vraiment en confiance, il arrive à accélérer et à mettre plus de pression. Face à lui, je vais devoir sortir un grand match, être solide du fond de court, être très agressif, avoir des balles lourdes et arrondies typiques de terre battue pour pouvoir m’imposer.

Le Temps: Gilles, un mot sur ce face-à-face avec Wawrinka…

Gilles Simon: Je le connais bien. Il joue très bien, est en confiance. Je l’ai battu à Indian Wells [sur dur en mars], mais je pense que j’aurai un autre Wawrinka en face vendredi. Il a vraiment fait une très belle tournée sur terre battue. J’ai regardé ses matches. Et à chaque fois qu’il a perdu, c’était contre un joueur qui a sorti un gros match. Je l’ai trouvé assez impressionnant ces derniers temps. Je m’attends donc à un duel difficile. J’espère pouvoir m’appuyer sur ce que j’ai fait à Indian Wells, mais je pense que la rencontre aura une intensité différente. J’aurai plus de certitudes en entrant sur le terrain que je n’en avais aujourd’hui [mercredi] face à Brian Baker. Je m’attends à une bonne bagarre face à un très bon joueur.