Football

La Suisse sort sans gloire

Avec une ultérieure défaite, les hommes de Pierluigi Tami ne parviennent pas à redresser un bilan olympique très négatif

Le tournoi olympique a bien tourné au fiasco pour la Suisse. A Cardiff, elle s’est inclinée 1-0 devant le Mexique pour quitter les Jeux par la petite porte.

Deux jours après la lamentable affaire des tweets de Michel Morganella, la formation de Pierluigi Tami n’a pas su regagner l’estime de ses supporters sur la pelouse. Après une première mi-temps qui fut sans doute de bonne facture mais qui a souligné une fois de plus leur manque de tranchant dans les trente derniers mètres, les Suisses se sont éteints doucement pour concéder, au final, une défaite logique. Le Mexique remporte ainsi ce groupe B devant la Corée de Sud, qui a obtenu à Wembley devant le Gabon le nul (0-0) qui lui assurait sa qualification.

Klose et Affolter coupables

Les Mexicains, loin d’être aussi redoutables qu’on ne l’avait annoncé, ont profité du manque de résolution de Klose et Affolter pour battre Benaglio à la 69e grâce à Peralta, qui a surgi après une percée de Dos Santos. Condamnés à gagner pas deux buts d’écart pour se hisser en quart de finale après son nul contre le Gabon (1-1) et sa défaite devant la Corée du Sud (2-1), les Suisses furent, comme on peut le comprendre, abattus par l’ouverture du score.

Face à un adversaire qui avait choisi de subir, les Suisses ont raté le coche en première mi-temps. Généreux dans le pressing mais mal inspirés dans le dernier geste, Mehmedi et Emeghara ont galvaudé plusieurs bons ballons qui auraient pu amener ce 1-0 tant espéré. Cette rencontre a malheureusement dévoilé la limite actuelle de deux joueurs qui ne sont pas titulaires dans leur club respectif.

L’ombre de Shaqiri...

Pour son grand retour aux Jeux après une longue absence de 84 ans, la Suisse aura vraiment déçu sur toute la ligne. Pierluigi Tami n’est pas parvenu a insufflé à cette sélection olympique l’allant qui avait permis à l’équipe des M21 de se hisser l’an dernier en finale de l’Euro. L’absence de Xherdan Shaqiri, qui avait été le meilleur Suisse lors de cette phase finale de juin 2011 au Danemark, a laissé un vide béant.

Incapable de convaincre le Bayern Munich de libérer Shaqiri pour ce tournoi olympique et incapable aussi d’obtenir l’aval de Borussia Mönchengladbach pour la présence de Granit Xhaka, l’Association Suisse de Football n’a pas placé Pierluigi Tami dans les meilleures conditions. Un Pierluigi Tami qui n’est pas parvenu à remobiliser son équipe après le nul concédé devant le Gabon. Son impossibilité de s’appuyer sur un autre véritable leader aux côtés de Diego Benaglio qui fut exemplaire a singulièrement compliqué sa tâche.

... et de Senderos

Cette sélection a souffert non seulement de l’absence d’un joueur de champ capable de donner le bon ton, mais il lui a aussi manqué du caractère. Tout aurait peut-être été différent si Philippe Senderos avait été, comme il le souhaitait, de la partie. Mais une fois de plus, le Genevois de Fulham a été trahi par sa fragilité physique. Lui présent, la défense suisse n’aurait pas témoigné d’une naïveté coupable qui a coûté aussi cher.

«Il n’y a rien à dire. Le Mexique et la Corée du Sud méritent de passer», lâchait Tami pour clore cette triste aventure olympique.

Publicité