Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«La Suisse» parade face aux Français, Evian, 20 mai 2018.
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT

navigation

10 000 curieux sur les quais d'Evian pour les navires de la CGN

C'était la première fois que la Compagnie générale de navigation sur le Léman organisait sa parade du côté français. Un succès populaire

Plus de 10 000 personnes se sont rassemblées dimanche sur les quais d'Evian pour assister à la première Parade navale organisée en France par la Compagnie générale de navigation sur le lac Léman (CGN). Quelque 2000 passagers ont pu embarquer sur les six bateaux Belle Epoque de la compagnie qui ont évolué sur le Léman.

Après 45 minutes de chorégraphie au large, le spectacle s'est poursuivi aux abords des quais pour le plus grand bonheur des spectateurs, écrit la CGN dans un communiqué. Au total, la parade a duré une heure trente et s'est terminée par un concert de coups de sifflets des bateaux en parade.

Lire aussi: L'Helvétie, une Belle au bois dormant

Les huit fleurons de la flotte Belle Epoque

Cette édition unique a rassemblé six des huit bateaux que compte la flotte Belle Epoque de la CGN. A savoir, le Montreux, la Suisse, l'Italie, le Vevey, le Savoie et le Simplon.

Ce dernier bateau a été entièrement repeint extérieurement l'hiver dernier. Il a été mis à l'honneur durant la parade, dont la chorégraphie a été imaginée par le premier capitaine Olivier Chenaux qui l'a dirigée dimanche, aux commandes du Simplon.

Une première en eaux, et en terres, françaises

Lancée en 1995, la manifestation n'avait encore jamais pris ses quartiers dans les eaux françaises. Elle a été organisée cette année en partenariat avec la manifestation FestiLéman, qui propose de nombreux stands et animations à Evian.

L'an dernier à Cully, l'événement avait attiré 2200 personnes à bord et plus de 11 000 sur les quais. La prochaine édition aura lieu le 19 mai 2019, dans un lieu encore tenu secret.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a