Suisse

Pour ses 100 ans, le Caux-Palace brillera de mille feux au-dessus du Léman

Vaud. Ce fleuron de l'hôtellerie du début du XXe siècle, qui abrite mille pièces à mille mètres d'altitude, pourra être visité dimanche

Surplombant Montreux et la Riviera vaudoise à une altitude de 1000 m, le Caux-Palace fête ses 100 ans cette semaine. C'est un double anniversaire que l'ancien grand hôtel célébrera, puisqu'outre le Réarmement moral, il héberge depuis dix ans une école hôtelière, la Swiss Hotel Management School. Pour marquer l'événement, un spectacle son et lumières rehaussera la majesté de cet édifice haut de sept étages, qui comptent 1000 pièces et 300 lits. Ce spectacle lumineux a été présenté pour la première fois hier et se répétera jusqu'à dimanche. Il devrait se voir de loin, comme le palace lui-même, qui a été orné de tourelles façon «château» pour que sa visibilité serve d'enseigne à la station de Caux. Dimanche, les portes du Caux-Palace seront exceptionnellement ouvertes au public, les visites se déroulant sous la houlette de guides des journées du Patrimoine en costumes d'époque.

Cet édifice est considéré d'«importance nationale» par le recensement architectural cantonal. Il a été construit entre 1900 et 1902. Son architecte, le Veveysan Eugène Jost, a également dessiné les plans du Montreux-Palace et du Beau-Rivage à Lausanne. «Les impératifs climatiques ont modelé la construction du bâtiment en imposant un style sobre», explique l'historien de l'art Dave Lüthi.

En funiculaire ou en train, les visiteurs de l'époque se rendaient au Caux-Palace pour s'adonner aux sports d'hiver ou profiter de soins thérapeutiques. Laurent Tissot, historien invité dans le cadre de la célébration, raconte: «Les touristes de Caux étaient des membres de l'aristocratie ou de la grande bourgeoisie enrichie par la Révolution industrielle. En exigeant des services adaptés à leur classe, ce sont eux qui ont façonné le caractère luxueux de l'établissement.» La Première Guerre mondiale puis la crise de 1929 ont eu raison du Caux-Palace, qui a fermé ses portes dans les années 40. Il a hébergé par la suite des prisonniers de guerre alliés et des réfugiés juifs de Hongrie, avant que le Réarmement moral s'y établisse en 1946.

Publicité