Célébrer une fête nationale à Berne en cet été 2020 n’est pas une mince affaire. L’ambassade de France n’a pas renoncé aux festivités du 14 Juillet. Mais elle a opté pour un format réduit – six fois moins d’invités que d’habitude – et respectueux des règles sanitaires.

Lire aussi:  Le drapeau suisse salué le 14 juillet à Paris

Dans le jardin de la Résidence de France, la cérémonie de mardi était une réplique en miniature de celle mise sur pied à Paris par Emmanuel Macron. Il s’agissait en premier lieu de «remercier celles et ceux qui ont combattu le Covid-19 et de saluer le geste de solidarité de la Suisse», qui a accueilli 52 malades français dans ses hôpitaux, relève l’ambassadeur Frédéric Journès. Les consuls généraux de France à Genève et à Zurich, Patrick Lachaussée et Alain Sterbik, ont sollicité les cantons dès la fin du mois de mars et ceux-ci ont joué le jeu. «C’est un geste de solidarité qui nous a touchés. Nous ne l’oublierons pas», salue Frédéric Journès.

L’ambassadeur a tenu à inviter quelques acteurs clés qui ont permis l’accueil des patients français, en particulier le président du Conseil exécutif bernois et directeur de la Santé, Pierre Alain Schnegg, d’autres représentants cantonaux et les ambassadeurs d’Allemagne, d’Autriche et du Luxembourg. Il a souligné le rôle joué par les gardes-frontières, indispensable pour permettre la circulation des frontaliers. «Jamais nos ministres ne se sont autant parlé. Il faudra en tenir compte pour l’avenir», relève Frédéric Journès. Les représentants présents de la Confédération ont pris note.

Notre éditorial: Les promesses du 14 juillet doivent dépasser le cadre sanitaire