Revendication de mesures urgentes

En 1982, les TPG avaient fait la grève du zèle

«Une grève du zèle des TPG d’une durée illimitée pourrait débuter mardi 14 septembre. C’est ce qu’ont décidé mardi les membres de la section SEV [Syndicat du personnel des transports] -TPG, à une forte majorité, lors d’une assemblée extraordinaire. Les tramelots se plaignent en effet du silence du Département de justice et police devant leurs revendications concernant «les déplorables conditions de circulation et l’insuffisance d’effectifs du personnel» notamment. Le personnel roulant des Transports publics genevois se réunira lundi, afin de fixer le jour, la durée et l’heure de cette grève du zèle. »

«Usagers des Transports publics genevois, soyez avertis! La grève du zèle des tramelots a débuté ce mardi à 5 heures du matin. La première journée s’étendra de 5 heures à 19 heures. «Elle sera suivie d’autant de jours qu’il sera nécessaire [deux suffiront pour un accord avec le conseiller d’Etat Guy Fontanet] à la direction et au Département de justice et police pour arriver avec des propositions concrètes et durables.» […]

Cette grève du zèle consistera dans «l’application scrupuleuse de la Loi sur la circulation routière et des règlements internes des TPG. Elle apportera la preuve que dans ces conditions, les horaires publiés ne peuvent plus être assurés», précisent les syndicalistes.

Concrètement: les limites de vitesse à l’intérieur des voies de bus seront strictement respectées. Sur la seule voie du tram, cela entraînera déjà un retard de 6 minutes par tour. Les temps d’arrêts et de pause en fin de parcours se feront intégralement, ce qui n’est plus de coutume depuis longtemps. Les conducteurs n’essayeront pas de se remettre à l’heure comme d’habitude.

Les prescriptions de sécurité seront appliquées consciencieusement, à savoir: arrêt complet et mise sur frein à main avant le déverrouillage des portes. Fermeture des portes assurées avant le départ. Ralentissement et arrêt en cas d’embouteillage aux carrefours, les chauffeurs ne forceront pas le passage.

Les usagers seront traités avec courtoisie et tout renseignement de route sera donné. Les voyageurs seront attendus, par contre il n’y aura aucun arrêt en dehors des aires prévues, ajoute encore le syndicat.

Cette décision a été prise malgré les mesures de surveillance accrue prises récemment par le Département de justice et police. «Ces mesures draconiennes ont un goût de poudre aux yeux», déclarent de concert les représentants du syndicat SEV-TPG. «A notre avis, elles n’ont qu’un caractère passager sinon elles auraient été mises en place bien plus tôt. Elles ont été ordonnées davantage pour casser la grève du zèle que pour améliorer les conditions de circulation.» […]

En résumé, le personnel roulant affilié au syndicat SEV revendique: des mesures urgentes et durables afin d’améliorer les conditions de circulation sur l’ensemble du réseau; une adaptation des temps de parcours afin que les horaires puissent être respectés; une augmentation des effectifs d’au moins 30 unités «permettant d’octroyer normalement les congés légaux et d’étendre les prestations de l’entreprise»; une amélioration des conditions d’engagement, et un renforcement du service technique. »

« Les usagers seront traités avec courtoisie et tout renseignement de route sera donné. Les voyageurs seront attendus »

ARCHIVES HISTORIQ UES

>> Sur Internet

www.letempsarchives.ch