Attentats

Genève se découvre épinglée sur la carte du terrorisme

Ce jeudi, la police genevoise a traqué au moins quatre personnes dans le cadre des enquêtes liées aux tueries de Paris. Le Ministère public de la Confédération parle d'«éventuelles préparations» d'attentats depuis Genève. Voici notre suivi de cette journée

En résumé

  • Le Ministère public de la Confédération a indiqué jeudi soir avoir ouvert une enquête liée à la «préparation éventuelle» d'attentats à Genève.
  • Suite aux investigations après les tueries de Paris, la police genevoise recherche activement au moins quatre personnes considérées comme dangereuses. Un important dispositif policier est déployé à Genève.
  • Une personne repérée récemment à Genève serait un proche de Salah Abdeslam, l'un des auteurs des attentats parisiens.
  • Les autorités craindraient une menace sur une réunion diplomatique sur la Syrie se tenant demain à Genève. La réunion, qui devait avoir lieu au Palais des Nations, est maintenue dans un lieu tenu secret.

21:30. La drôle de journée de Genève

Nous concluons ici ce suivi en direct. Pour aller plus loin:

  • Le questions-réponses. Nos journalistes répondent aux internautes à propos de la menace djihadiste le vendredi 11 à 13h30.
  • L'enquête. Comment le véhicule utilitaire suspect a été repéré puis traqué

21:25. L'ONU à Genève évoque une nécessaire vigilance

Le directeur de l'ONU à Genève, Michael Moeller, a tenté de rassurer le personnel de l'ONU tout en l'appelant à la vigilance. «Il n'y a aucune indication de risque spécifique contre le personnel des Nations unies», a écrit le Danois dans un courriel adressé jeudi en fin d'après-midi à l'ensemble du personnel. La sécurité du Palais des Nations et d'autres organisations internationales avait déjà été renforcée après les attentats de Paris.

L'ONU dit avoir été informée de la situation dans la région par la Suisse, mais aussi par «d'autres sources». Les employés sont appelés à porter leur badge en tout temps à l'intérieur des bâtiments et de signaler tout comportement suspect à la sécurité.

20:40. L'ambassade américaine appelle à la prudence

L'ambassade des Etats-Unis en Suisse a produit une note à propos de l'alerte émise à Genève. Elle rappelle aux ressortissants américains qu'«en ces temps de menace élevée», ils doivent «revoir leur plans de sécurité», et «surveiller les alentours à tout moment».

20:20. Une ville soudain nerveuse

La nervosité ambiante à Genève se diffuse au large par les réseaux sociaux. Ce jeudi soir, le Rond-Point de Rive a été bouclé un temps, en raison d'une alerte. Parfaitement anodine, en fin de compte.

20:10. Quoiqu'en disent les Suisses, une présence policière visible à la frontière

Les autorités helvétiques assurent que le renforcement des contrôles aux douanes franco-suisses est sans conséquence pratique pour les voyageurs, mais les moyens déployés paraissent importants. Des témoins relèvent que la présence policière n'est pas totalement invisible.

19:15. «La Suisse n'est pas plus à l'abri qu'un autre pays», selon Pierre Maudet, ministre genevois de la sécurité

Le ministre genevois de la sécurité s'est exprimé dans l'émission Forum de la RTS ainsi que sur Léman Bleu au sujet des individus activement recherchés par la police.

D'après Pierre Maudet, rien n'indique que l'interpellation d'un conducteur d'une Clio près de la place du Cirque ce jeudi après-midi ne soit liée au terrorisme. Il est également revenu sur les mesures de sécurité mises en place, en s'adressant à la population. «Nous ne sommes pas dans le cas de figure de Bruxelles, mais la Suisse n'est pas plus à l'abri qu'un autre pays et Genève particulièrement en raison de son activité internationale», a-t-il ajouté.

18:40. Le Ministère public de la Confédération (MPC) confirme dans un communiqué avoir «ouvert une enquête pénale sur la base d’une menace terroriste dans la région de Genève»

Le but principal de cette enquête est d'empêcher un événement terroriste, précise-t-il. Le MPC indique avoir transmis des informations sur la planification éventuelle d’un événement terroriste aux autorités de la sécurité du canton de Genève, le 9 décembre. L'enquête a été ouverte contre inconnu pour «soupçons d’appartenance, respectivement de soutien à une organisation criminelle (article 260 ter CP) ainsi que pour soupçons de violation de l’article 2 de la Loi fédérale interdisant les groupes "Al-Qaïda" et "Etat islamique" et les organisations apparentées».

18:00. Des renforts français envoyés près de la frontière

Selon le Dauphiné Libéré, les autorités françaises vont envoyer d'importants renforts en force de sécurité dans la soirée. Près de 230 gendarmes vont être déployés en Haute-Savoie et dans l'Ain, le long de la frontière avec la Suisse. Ils pourraient y rester plusieurs jours.

17:20. Un ami de Salah Abdeslam dans la camionnette repérée mardi à Genève

Selon nos sources, une des personnes qui se trouvait dans la camionnette repérée par la police genevoise le 8 décembre est fichée comme étant un ami de Salah Abdeslam, l’un des auteurs des attentats de Paris.

Lire aussi: Interactif. Ces terroristes qui ont frappé Paris

Les deux occupants de ce véhicule, immatriculé en Belgique, avaient notamment été signalés par les Français en raison de forts soupçons de radicalisation. Ils avaient réussi à prendre la fuite et à quitter la Suisse. Mais ils n’auraient pas de lien direct avec les autres personnes recherchées dans l’opération du jour.

16:20. Niveau d'alerte inchangé sur Vaud 

La police vaudoise est «particulièrement attentive» aux signalements communiqués mercredi, sans pour autant que le canton de Vaud ait élevé son niveau d'alerte, indique Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale vaudoise.

Diffusées par les autorités fédérales, ces informations ont été relayées auprès de tous le corps de sécurité, précise le porte-parole. Ce n’est pas la première fois que des signalements de ce type ont été communiqués aux policiers depuis les récents attentats, ajoute-t-il, sans vouloir s’exprimer sur la situation à Genève.

De manière générale, le niveau de vigilance est élevé en Suisse romande, en raison de la menace potentielle depuis les attentats de février à Paris, ce qui a été confirmé par ceux du 13 novembre, rappelle Jean-Christophe Sauterel. Depuis lors, le degré de préparation a été augmenté, notamment par un état précis des forces engageables en Suisse romande, dans le cadre de l’État-major de coordination des polices romandes, de Berne et du Tessin (EMCOR VIGIPOL).

Ce «niveau de vigilance élevé» implique une sensibilisation à la situation de tous les policiers, uniformés ou non, des échanges d’information soutenus entre cantons et avec la Confédération, ainsi qu’une visibilité policière accrue sur le terrain. «Depuis hier, nous n’avons pas augmenté notre garde», résume Jean-Christophe Sauterel.

16:00. Le Ministère public genevois ouvre une enquête

Sur la base des informations reçues, le Ministère public genevois communique qu’il a ouvert une procédure pénale pour actes préparatoires délictueux. Cette disposition vise celui qui prend des mesures concrètes, d’ordre technique ou organisationnel, dans le but de commettre une infraction grave. L’enquête est dirigée par le procureur général Olivier Jornot et le premier procureur Yves Bertossa. Des investigations sont actuellement conduites par la police genevoise.

Le Ministère public de la Confédération confirme de son côté aussi avoir ouvert une procédure pénale.

15:40. Les autorités fédérales aux commandes

Contacté, le Service de Renseignement de la Confédération (SRC) se mure dans le silence. De son côté, le Ministère public de la Confédération, qui pilote ce dossier au niveau des autorités fédérales, se contente de répondre comme suit: «Les autorités fédérales ont transmis des informations aux services genevois compétents, qui concernent la région de Genève. La coopération entre Berne et le canton a permis de mettre sur pied les mesures nécessaires». Selon des sources genevoises, la CIA aurait fourni des informations aux autorités suisses.

15:20. Le Palais des Nations a été évacué mercredi

Dans le cadre des opérations en cours à Genève, les autorités craindraient une menace portant sur une réunion diplomatique aux Nations Unies sur la Syrie, qui doit avoir lieu vendredi, rapporte le site du «Matin». Le Palais des Nations a été évacué mercredi soir aux environs de 23h15, a révélé au «Temps» un journaliste américain qui était encore dans son bureau à cette heure tardive. John Zaracostas été prié de quitter le bâtiment pour des raisons de sécurité.

L’ONU a par ailleurs annoncé que la réunion diplomatique, qui doit réunir Russes et Américains, est maintenue. La rencontre ne se tiendra pas toutefois pas au Palais des Nations, comme prévu, mais dans un lieu tenu secret.

15:10. Une photo des quatre suspects diffusée

Selon nos informations, la photo de quatre individus recherchés a été donnée mercredi à tous les policiers genevois. Elle aurait été transmise aux autorités suisses par un service de renseignement étranger. David Thomson, journaliste spécialiste du djihad et auteur du livre «Les Français djihadistes», auquel nous avons soumis la photo non-floutée, affirme ne pas les connaître.

14:45. Une camionnette aperçue à Genève mardi

Une camionnette avec des plaques belges est bien entrée sur le territoire suisse. Selon nos informations, la police genevoise a repéré ce véhicule et ses deux occupants dans le secteur de Plainpalais le 8 décembre.

Ces personnes, signalées notamment par les Français en raison de forts soupçons de radicalisation, ont réussi à prendre la fuite et ont passé la frontière. En l’état actuel de l’enquête, il semble que ce véhicule n’ait pas réapparu sur le sol helvétique. Les occupants de la camionnette en question n’auraient pas de lien direct avec les autres personnes recherchées. On parle de quatre et même plus de suspects qui sont activement traqués à Genève.

Selon la Tribune de Genève, les membres de la communauté israélite de Genève auraient reçu mercredi la consigne d’appeler le 117 et de mettre les fidèles à l’abri si le véhicule était aperçu aux abords d’un site.

14:15. Un conducteur interpellé près de la place du Cirque

Selon plusieurs sources, la police – une patrouille de deux voitures et des hommes armés – a interpellé jeudi après-midi le conducteur d’une Clio grise immatriculée en Ardèche devant le Victoria Hall, aux environs de la place du Cirque. Notre journaliste Aurélie Coulon, qui se trouvait sur les lieux par hasard, a pris une photo du véhicule surveillé par deux policiers armés de mitraillettes.

13:50. «Toutes les patrouilles sont armées»

Contactée par «Le Temps», la porte-parole du Département de la sécurité, Emmanuelle Lo Verso, confirme que la police genevoise recherche «activement des personnes» sans pouvoir préciser combien.

Cette dernière ajoute: «On a augmenté le nombre de patrouilles sur le terrain et toutes sont armées. Les policiers sont entrés en phase très active de recherche en vue d’une ou de plusieurs interpellations». Et la porte-parole de préciser: «On prend toutes les informations au sérieux». Le Département prévoit de communiquer d’autres éléments en cours de journée.

13:35. Vigilance accrue du côté des douanes

Les douanes genevoises ne sont pas hermétiquement fermées. Mais le niveau du dispositif des gardes frontières a été adapté et le niveau de vigilance augmenté. «Pour les usagers, rien ne change», assure Michel Bachar, porte-parole des douanes à Genève. «Mais si on ne nous voit pas, cela ne signifie pas que nous ne sommes pas présents.»

13:30. «Menace précise», assure le département genevois de la sécurité

«Nous sommes passés d’une menace floue à une menace précise», a déclaré Emmanuelle Lo Verso, chargée de communication au département de la sécurité et de l’économie, citée par l’ATS. Des forces de police supplémentaires ont été déployées sur le terrain afin de pouvoir localiser et interpeller plusieurs individus suspects, susceptibles de se trouver à Genève.

Pour l’heure, aucun événement officiel n’est annulé: «Des patrouilles supplémentaires encadreront dimanche le cortège de l’Escalade».

13:10. Les termes du Département genevois de la sécurité

Dans un communiqué, le Département genevois de la sécurité note que «les autorités genevoises ont reçu hier après-midi de la part de la Confédération le signalement d’individus suspects susceptibles de se trouver à Genève ou dans la région genevoise. Des investigations sont menées en étroite collaboration avec les services nationaux et internationaux afin de pouvoir localiser et interpeller ces individus.»

12:55. Réunion de la cellule de crise

Selon nos informations, le Centre des opérations de la police genevoise, qui assure le lien avec les services de renseignements de la Confédération et qui coordonne l’action au niveau de tous les acteurs cantonaux, est en réunion de crise ce matin.

Toujours selon nos sources, deux assistants de sécurité publique ont été postés devant la résidence privée de l’ambassadeur de France. L’élévation du niveau d’alerte implique généralement que les patrouilles de police-secours se déplacent avec des mitraillettes dans leur véhicule. Des forces supplémentaires sont également affectées à la surveillance des sites sensibles. Et tous les agents qui ont des informateurs sont appelés à activer leurs sources.

12:30.Quatre personnes recherchées

Selon nos informations, les personnes recherchées n’ont pas de lien direct avec les auteurs des attentats de Paris, même si les investigations font suite à ces événements. Cité par l’agence Reuters, un garde de sécurité des Nations Unies aurait déclaré que les autorités recherchent quatre personnes dans la région genevoise.

12:00. Alerte en cours à Genève

La police recherche activement des personnes dont le signalement lui a été fourni par les Services de renseignement de la Confédération, a annoncé jeudi le Département de la sécurité. Une opération menée «dans le cadre des investigations menées suite aux attentats de Paris».

Le niveau de vigilance est augmenté et la police renforce l’engagement de ses agents sur le terrain. Les autorités genevoises ont reçu mercredi après-midi de la part de la Confédération le signalement d’individus suspects susceptibles de se trouver à Genève ou dans la région genevoise.

«Des investigations sont menées en étroite collaboration avec les services nationaux et internationaux afin de pouvoir localiser et interpeller ces individus, indique le Département. En l’état actuel et pour d’évidentes raisons opérationnelles, aucune information supplémentaire ne pourra être donnée concernant ces investigations.»


 

Quelques liens locaux avec les faits de terrorisme

La région est apparue deux fois en lien avec les activités terroristes ces derniers temps. Il a été indiqué mercredi que le troisième tireur du Bataclan, le 13 novembre dernier, a été recruté par Mourad Farès, qui a grandi à Thonon. Celui-ci avait été arrêté en Turquie en août 2014.

Le 26 novembre à Fillinges, en Haute-Savoie, la police a perquisitionné chez un homme de 28 ans soupçonné de s’être radicalisé. Six jours auparavant, ce suspect avait été déféré devant le parquet de Thonon et mis en examen «pour recel de provocation directe à un acte de terrorisme et recel d’apologie publique d’un acte de terrorisme».

Publicité