Épidémies

Le Conseil fédéral veut encourager la vaccination

Les personnes qui se feront vacciner contre une maladie à la charge par l’assurance de base seront exemptées de franchise. Le gouvernement passe outre l’opposition des assurances

Le Conseil fédéral a donc adopté mercredi une nouvelle stratégie nationale s’agissant de vaccination, avec un coup de pouce financier. Les Suisses qui se font vacciner contre une maladie à la charge par l’assurance de base seront exemptés de franchise.

L’allégement doit inciter les jeunes adultes à mettre à jour leurs vaccinations. En consultation, cette disposition avait été contestée par les assureurs maladie. Santésuisse avait critiqué le manque d’estimations concrètes des coûts et des retombées pour les caisses maladie.

3,9 millions de francs

La stratégie contient une estimation grossière à hauteur de 3,9 millions de francs. Leur compensation par des économies sur les frais de traitement devra être examinée avant l’introduction de la libération de franchise. L’Office fédéral de la santé publique devra soumettre une proposition et le ministre de la santé Alain Berset trancher à l’issue d’un processus d’évaluation d’ici un an.

La vaccination est l’un des moyens les plus efficaces pour se prémunir contre des maladies potentiellement graves telles que la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite ou la rougeole. Grâce à une couverture élevée, certaines infections ont fortement reculé ou disparu. La vaccination permet aussi de protéger des groupes vulnérables comme les nourrissons ou les personnes âgées ou malades.

Le système suisse présente toutefois quelques points faibles. Les rôles et responsabilités des acteurs restent peu clairs, l’accès aux vaccinations est parfois difficile et certains groupes de population demeurent sceptiques quant au bien-fondé et à l’effet de certaines vaccinations.

Professionnels plus impliqués

La stratégie nationale comporte trois aspects clés. Les acteurs sont incités à s’impliquer dans la vaccination, l’information est optimisée afin que l’individu puisse prendre des décisions fondées et les barrières à la vaccination sont réduites.

Les professionnels de la santé devront jouer un rôle accru. Les médecins seront invités à aborder la question des vaccinations de manière systématique avec leurs patients. Pharmaciens ou personnel infirmier seront encouragés à renseigner sur le sujet.

Une sensibilisation dans les crèches

L’information devra être transparente et adaptée aux publics cibles. L’utilisation du carnet de vaccination électronique sera en outre encouragée. La stratégie prévoit par ailleurs que les parents soient sensibilisés à la vaccination par exemple lors de l’inscription de leur enfant dans une structure d’accueil collectif. La vaccination devrait aussi être possible à l’école ou en pharmacie.

La stratégie fait partie de la stratégie globale «Santé 2020» du Conseil fédéral, dont un des objectifs est d’assurer à la population un niveau élevé de protection de la santé. Le plan de mise en œuvre des différentes mesures sera établi cette année.


 

A ce sujet

Publicité