Propagande

Le TF condamne des cadres de l’UDC pour une affiche sur les Kosovars

Le Tribunal fédéral confirme une décision de la justice bernoise à propos d’une affiche contestée. L’ancien secrétaire général du parti Martin Baltisser critique un verdict qui limiterait la liberté d’expression

Le Tribunal fédéral a confirmé jeudi le jugement de la justice bernoise à l'encontre de cadres de l'UDC condamnés. L'affiche de 2011 visant la communauté kosovare offense la dignité humaine, a jugé Mon-Repos.

Interrogé jeudi à l'issue de l'audience du Tribunal fédéral qui a confirmé la condamnation pour discrimination raciale, Martin Baltisser, ancien secrétaire général de l'UDC, s'est dit «déçu». L'UDC continuera à parler «clair», a-t-il averti. Cette décision «n'est pas en faveur de la liberté d'expression», a-t-il jugé en soulignant que l'affiche et son message n'ont posé aucun problème en italien et en français.

Une généralisation à partir d'un cas

Cette affiche, qui thématisait en 2011 l'agression d'un Suisse par un Kosovar, a «décrit une réalité», a jugé l'ancien secrétaire général de l'UDC. La Cour d'appel bernoise avait, pour sa part, confirmé en 2016 le verdict de première instance en estimant qu'il y avait bien une généralisation à partir d'un cas, laissant entendre que tous les Kosovars étaient des égorgeurs.

Questionné sur un éventuel recours devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) à Strasbourg, Martin Baltisser a répondu qu'il n'y aurait pas de telle démarche. En Suisse, c'est le Tribunal fédéral qui interprète le droit, a-t-il relevé, en allusion à l'hostilité de l'UDC envers «les juges étrangers».

C'était un cas particulier

Le jugement du Tribunal fédéral ne devrait pas influencer les campagnes électorales, car il s'agit d'un cas très particulier, avec un double sens sur la version allemande du slogan «Kosovaren schlitzen Schweizer auf», que l'on peut traduire par «Des Kosovars poignardent des Suisses» ou «Les Kosovars poignardent les Suisses».

En 2013: Plainte contre une affiche de l’UDC classée, mais il pourrait y avoir une suite

Publicité