Politique

En 2018, le Conseil fédéral s’anime… ou presque

Le nouveau président de la Confédération, Alain Berset, innove. Pour la première fois, la photo officielle du Conseil fédéral est une image animée, destinée aux médias en ligne

Après Doris Leuthard et sa photo de conseillers fédéraux façon groupe de rock, après Johann Schneider-Ammann faisant poser le gouvernement au milieu d’une entreprise bernoise et de ses employés, Alain Berset innove. Le plus jeune président de la Confédération depuis plus de cent ans – il en est très fier – a choisi d’animer la photo officielle du Conseil fédéral dans sa version 2018. Il s’agit d’une première, destinée notamment à répondre aux besoins des médias en ligne, selon le communiqué de la Chancellerie fédérale. L’œuvre papier a été tirée à 55 000 exemplaires. Le portrait animé peut être téléchargé sur le site de la Confédération.

Lire aussi: La nouvelle photo du Conseil fédéral va vous surprendre

En retenant le projet artistique Bundesart, Alain Berset rend honneur au Département de la culture, qu’il patronne. Le citoyen de Belfaux fait preuve d’audace mais reste tout de même fidèle à son terroir: deux Fribourgeois sont les auteurs du projet, le photographe Stéphane Schmutz alias Stemutz et l’artiste Michel Cotting alias Michel FR. Le premier a son studio dans le quartier d’innovation BlueFactory à Fribourg. Le second dévoile ses personnages aux grands yeux noirs sur son site aux références subversives: Michel FR/Hello les Fuckers.

Seul le décor bouge

A l’excitation de découvrir la première photo animée du Conseil fédéral succède une certaine surprise: si le décor bouge, les membres du gouvernement restent immobiles, de quoi donner du grain à moudre aux mauvaises langues. Façon «Men in Black», les sept membres du collège et le chancelier posent en noir, chacun dans son style. Tandis que les mains crispées du conseiller fédéral Ignazio Cassis semblent trahir la nervosité du nouvel arrivant, Alain Berset rayonne en patron au milieu des troupes, imprimant toutefois une certaine distance avec son vice-président, l’UDC Ueli Maurer.

La «grande diversité de la petite Suisse»

Derrière les ministres, des symboles mythiques de la Suisse sautent aux yeux: fromages, montagnes, montres, cor des Alpes, marmottes, ou encore vaches qui regardent passer le train. «Le but du projet consistait à illustrer artistiquement la grande diversité de la petite Suisse», explique Stéphane Schmutz.

Mais les artistes ont aussi glissé dans le décor des éléments plus modernes – éoliennes et tours urbaines – et d’autres plus surprenants. Une soucoupe volante s’apprête à se poser sur le Palais fédéral dont la coupole se soulève tel le couvercle d’une marmite d’eau qui bout, tandis que tout à gauche une grenouille en tenue militaire semble jouer au petit soldat, barbotant dans la mare au pied du conseiller fédéral chargé de la Défense, Guy Parmelin.

Ironique et humoristique, le choix d’Alain Berset peut aussi avoir une prétention politique. En adaptant la traditionnelle photo du Conseil fédéral aux médias en ligne, le socialiste convoque le débat sur la transformation du paysage médiatique et politique à l’ère du numérique. Alors que l’initiative populaire «No Billag» est soumise à votation le 4 mars prochain, le président de la Confédération invitait déjà à la réflexion dans sa carte de vœux envoyée avant les Fêtes avec cette maxime: «La liberté d’expression n’a pas de prix. Elle n’est pas gratuite non plus.»

Publicité